Naufrage du Sewol - 16 avril 2014

(PNG) Le naufrage du Sewol n’a pas fini de faire couler nos larmes. Impossible d’admettre qu’il n’y a plus d’espoir et qu’aucun des 304 disparus ne reviendra. Ils étaient tous si jeunes, pleins de vie, pleins de rêves de leurs 17 ans ! Les mots sont vains et nous nous sentons impuissants quand les faits divers sont si monstrueux, si injustes, si cruels.

Le peuple tout entier s’est enfoncé dans un océan de désespoir, avec ceux qui étaient prisonniers dans leur cabine sous les eaux glaciales. Minute après minute, nous avons voulu espérer, refusant de croire que tous les moyens modernes ne parviendraient pas à les sauver, tentant de nous convaincre qu’ils pourraient échapper à leur terrible sort, que les poches d’air qui existaient forcément encore dans cet énorme bâtiment de quatre étages allaient leur permettre de survivre jusqu’à l’arrivée des sauveteurs. Après trois jours d’attente, la tristesse et la colère se mêlent devant la lenteur et l’inefficacité des secours.
Où a disparu l’esprit de « pali pali » qui aurait dû être mis en œuvre dans une telle situation, où était la « tour de contrôle » de gestion d’urgence ?
Tous les observateurs s’accordent à dire qu’un amalgame d’erreurs humaines est à l’origine de ce terrible accident. Le gouvernement a-t-il pris toutes les mesures d’urgence possibles ? Les dernières photos et vidéos prises par les victimes témoignent que certains ont grimpé près des fenêtres ; ils avaient leurs gilets de sauvetage, pourquoi ne sont-ils pas sortis ? Pourquoi cette annonce de rester à l’intérieur des cabines ? Que de questions… Les 25 et 26 avril, le mauvais temps s’en est mêlé, empêchant les plongeurs de pénétrer dans les compartiments. « Les portes du dernier espoir » étaient désormais fermées. Comment ne pas se sentir touché personnellement quand on est le témoin silencieux de ce drame ?
Des milliers de familles du monde entier envoient leurs condoléances aux parents des victimes pour les aider à parcourir le long et douloureux chemin du deuil. Que la force soit avec eux dans ce calvaire. Il leur faut tenir debout en mémoire de leurs jeunes, il faut beaucoup de courage et de détermination pour affronter l’injustice et passer par le couloir d’investigations et de réformes nécessaires.
Il est également normal que l’on souhaite une explication pour ce retard de secours et que la justice soit faite avant d’entamer la longue période de deuil. C’est le souhait des familles concernées et du peuple. Pour que ce genre de drame ne se reproduise plus jamais, il faut que les failles soient déterrées, examinées sans passer par la mentalité de « Che myeun »*. Il faut dépasser cette mentalité pour pourvoir avancer dans la sincérité vers un ‘nouveau navire’ plus solide qui ne connaitra plus le naufrage comme Sewol. Le Vénérable Pomnyun, directeur général de ‘Peace Foundation’ viendra à Paris le 15 Septembre pour les compatriotes coréens en France qui sont choqués dans la grande tristesse.
Préparez vos questions. Comment parler de l’Espoir dans ces moments de désespoir ? Comment s’adapter en permanence aux nouveaux éléments de la vie ? Vous pouvez continuer à nous écrire sur ce sujet.

*mentalité coréenne et asiatique voulant sauver à tout prix la face en cachant les faits honteux.

   Imprimer cet article.

25 juin 2013.

Soixantième anniversaire de la guerre de Corée.

A Paris, a la Place de Bataillon de l’ONU, quai de l’Hôtel de ville la cérémonie commémorative se déroule comme chaque année en l’honneur des morts à la Guerre de Corée, une occasion renouvelée de prières pour qu’arrive enfin la fin des hostilités dans ce pays.

(PNG)

Cette année, nous invitons tous les membres de Co-Win et tous les coréens de Paris à déposer jusqu’au 27 juillet, le jour de l’Armistice, une fleur en hommage au Général Curtet qui nous a quitté le 27 février dernier. Au terme d’une longue et brillante carrière militaire il était à la Guerre de Corée en 1951 et 1952 en commandant la deuxième compagnie. A son retour en France, de 1980 à 2005, il a été l’un des piliers, en compagnie de M. François de Castries, de l’association France Corée. Fervent ami et admirateur de la Corée il avait également adopte un jeune coréen. Il a tant souhaité de voir de son vivant une évolution à la frontière intercoréenne. Le général Curet avait été l’un de nos premiers amis français à féliciter de l’ouverture de la zone industrielle de Kaesong en 2004 qui était en petit format une Corée réconciliée, basée sur la recherche des points d’entente au delà des différends. Le parc de Kaesong, trop peu connu de nos amis français était une vraie réalisation de coopération du Nord et du Sud ; 53000 ouvriers de Corée du Nord y travaillaient en effet jusqu’au mois de mai dans les 123 entreprises de Corée du S ûd y apportaient le travail.

"les Coréens de Paris sont très discrets pourtant je suis fier de savoir que certains sont courageux hier comme aujourd’hui ; ils ont su prendre la position de phare pour que la Corée connaisse enfin la démocratie en politique depuis la période noire dans les années 79 – 80" R.Curtet en mai 2008 en voyant les photos de presse de manif au marée rouge de bougies de Séoul.

Sous sa carrure de l’homme de combat, derrière les débats intransigeant autour d’un petit changement des statuts de l’association, il y avait un homme au cœur tendre, ayant une famille harmonieuse dans laquelle il vivait heureux, entoure par ses 28 petits enfants et arrière petits enfants.

Il y a chaque année 3800 nouveaux décès dans les familles qui ont été séparées par le conflit. Le temps s’obstine à passer plus vite pour ceux qui attendent d’hypothétiques retrouvailles. Le monument qu’on voit sur cette photo indique la Corée en entière y compris la partie du Nord. Nous prions pour que la paix revienne enfin dans ces deux parties au bout de 60 ans de souffrance conflictuelle.

   Imprimer cet article.

Election Présidentielle en Corée du Sud.

Juste 2 Jours avant le Jour J. L’heure du choix arrive pour les Oversea coréens. Il aura lieu du 5 au 10 décembre 2012 , y compris samedi et dimanche alors qu’en Corée, la date fatidique est le 19 décembre. Le lieu de vote en France est l’Ambassade de Corée 125 rue de Grenelle 75007 Paris De 8 h à 17h Le nombre de Coréens inscrits dans le monde pour l’élection présidentielle 2012 atteint 222389, soit 10% de la totalité des votants. Documents à ne pas oublier : le passeport ou le permis de conduire avec la photo d’identité pour l’identification du votant. Ceux qui se sont inscrits par mail doivent se présenter avec la carte de séjour du pays de résidence aussi. 

투표기간 : 12. 5 (수) - 12. 10 (월) (토요일,일요일에도 투표할 수 있음) * 투표시간 : 매일 오전 8시 오후 5시 * 지참서류 : 사진이 첩부된 신분증명서(여권,운전면허증 등) * 유의사항 - 투표는 정상적으로 재외선거인등 신고.신청을 하여 유권자로 등록된 사람만 가능. - 특히, 전자우편으로 신청한 재외선거인은 반드시 영주권 카드 원본지참.

Pour les ‘oversea- koreans’, c’est la première fois que l’on vote pour la présidentielle. C’est un évènement historique. L’émotion est indéniable après ces longues années d’attente, depuis la première démarche lancée à Paris en 1997 pour récupérer ce droit fondamental supprimé en 1972 par le régime militaire. Environ 3230 (parmi 11 000) habitants en France sont inscrits. Ce nombre comprend les représentants des organismes officiels, les personnes en séjour temporaire, les étudiants et résidents permanents en France. Ce nombre de participants témoigne que la prise de conscience collective a nettement progressé par rapport au vote législatif du mois d’avril dernier (800 inscrits). Les plus déçus qui ne veulent plus entendre parler de la politique en Corée ont fait les démarches de l’inscription, accomplissant un véritable effort physique et psychologique pour cet acte civique car l’enjeu est plus qu’ important dans ce carrefour de grandes puissances. Nous faisons confiance à l’intelligence du peuple qui a su survivre dans toutes les épreuves. Nous espérons un débat de deux candidats finalistes qui répondront à la si grande attente du peuple sur les grands sujets actuels du pays. Ce débat approfondi serait un point culminant pour le choix définitif des nombreux indécis et il témoignerait aussi de l’évolution du climat politique en démocratie, un phénomène rarissime en Asie. Le 19 Décembre nous semble si long à venir !

  Kim Jae Wan

   Imprimer cet article.

PyoungChang 2018

Plusieurs de nos membres de Co-wins sont impatiens de trouver l’emplacement exact de la ville sur une carte ou d’en savoir plus sur cette ville.

(JPG)

Les coréens bien sur accueillent la nouvelle avec des explosions de joie un choix qui rend particulièrement euphoriques les habitants de PyoungChang. Un feu d’artifice suivi d’une fête avec danses et chants ont été organises pour célébrer ce choix et beaucoup ont été émus jusqu’aux larmes.

Pourquoi 60/% des votants ont ils choisi PyoungChang, c’est une question que se posent également les deux villes concurrentes toutes deux très expérimentées dans l’organisation de compétitions de sport d’hiver, disposant d’un savoir faire incontestable et de sites bien rodés. De nouveaux horizons et des marches importants vont donner, âpres douze années d’efforts incessants et deux échecs, sa chance a un pays d’Asie en voie de développement.

(JPG) C’est le résultat de la persévérance du comité chargé de l’élaboration du projet et du travail acharné et le minutieux d’un lobbying mené par les plus grands hommes d’affaire coréens qui ont parcouru le monde sans relâche pour justifier ce choix.

L’ardeur et la sincérité exprimées par le peuple lors de la visite des membres du comité olympique en février dernier, l’enthousiasme de 2018 membres de la chorale qui les a accompagnes en chantant "I have a Dream" et arirang a leur arrivée et a leur départ malgré le froid n’ont certainement pas été étrangers a l’adhésion rencontrée par la Corée. Pour la province de Gangwon un rêve est devenu réalité.

M. Choi Moon Soon, le gouverneur de Gangwon n’a pas cache sa joie à Durban d’avoir reçu un énorme cadeau. Il vient d’arriver à ce poste juste 2 mois auparavant. Lors d’une conférence de presse donnée a son retour en Corée il s’est interdit d’être trop optimiste malgré sa satisfaction il s’est dit conscient des ombres qui planent sur la réalisation de ce projet le coût de ces J.O. Un véritable gouffre sur le plan financier en cette période de crise économique mondiale. Chaque étape lors de la concrétisation du projet peut dévoiler un nouveau piège. Après les efforts épuisants de son prédécesseur M. Kim Jin Sun, c’est désormais sur ses épaules que repose le succès de l’entreprise.

Il est capable d’analyser attentivement les expériences des autres pays qui ont précède la Corée dans l’organisation des JO et de comprendre les craintes des 10% de coréens qui les ont exprimées , sa confiance reste pourtant inébranlable dans la capacité de surmonter tous les écueils qui se dresseront sur sa route. Pendant les sept longues années de la préparation des JO de 2018, il va falloir poursuivre la campagne de presse nécessaire afin de persuader de la réussite du projet sans cependant s’endetter excessivement.

Il ne faudra pas tomber dans le piège de la compétition pour la compétition il ne faudra pas oublier l’essentiel c’est à dire le but fondamental des JO : " amitié entre les peuples, respect de l’autre, dépassement de soi, paix dans le monde"’ . Un but particulièrement important et compréhensible quand on a comme la Corée une frontière tellement fragile.

Tous les participants qui vont mettre leur dynamisme au service de la réalisation et du succès de ce projet devront être capables également de manifester par des gestes leur solidarité avec les délaissés du jeux qui se trouvent à leur porte qui souffrent de la famine. Osons espérer rétablissement d’un climat politique inter-coréen d’olympisme.

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Une nouvelle épreuve pour la Corée

Le 26 mars vers 9h 20, le patrouilleur sud-coréen Cheon An Ham fait naufrage en quelques minutes.

C’est une nouvelle épreuve pour la Corée Le lieu de l’incident, près des côtes Baikyoundo à la frontière marine Nord-Sud de la mer de l’Ouest, a déjà été le théâtre de plusieurs affrontements graves. 46 jeunes marins étaient à la poupe du bâtiment englouti à 54m de profondeur. Les 27, 28 et 29 mars, chaque minute a compté pour tenter de sauver le maximum de marins.

사고 발생 3일째인 지난달 28일 해덕호 등 어선 3척은 사고 해역에 투입돼 어군탐지기로 해저를 탐색했다

Les journaux annoncent une mer très mauvaise durant 3 jours, des vagues hautes de 3 m, la violence du courant ainsi que des changements de marée, ce qui retarde les recherches.

Jusqu’au 8ème jour les familles des marins espéraient encore un miracle ainsi que des millions de citoyens. Les yeux fixés sur les actualités, tous suivaient l’évolution du sauvetage. Ils croyaient encore en une possible survie de ces disparus en mer. Ils furent réconfortés par un responsable militaire, annonçant une possible survie durant 69 heures si les portes des dortoirs sont hermétiquement fermées, et s’il y reste des poches d’air. Le 30 et 31 mars, on signale la mort d’un maître plongeur de UDT. Un bateau de pêche qui participait à la recherche de l’épave a aussi connu le même sort. Chaque jour semblait sans fin.

Le 15Avril, soit 20 jours après, le repêchage de la poupe s’achève enfin, sans miracle.

Qui a pu faire cela ? Quelle est la cause du naufrage ? D’interminables discussions et suppositions se succèdent. La prudence est le mot d’ordre avant le rapport de la haute commission d’analyses techniques qui nous a paru bien longue !

Beaucoup de nos compatriotes se souviennent encore de l’incident de novembre 2009, lorsqu’un patrouilleur Nord-coréen fut coupé en deux. Les experts militaires et civils, après avoir éliminé d’autres thèses, se penchent vers l’hypothèse d’un effet de ‘bubble- jet’.

La forme de la déchirure de la coque fait penser à une attaque d’une torpille, qui aurait scindé le bâtiment en deux. D’autres observateurs pensent que cela pourrait être une auto destruction par la défaillance du bâtiment (construit en 1989) face à la tempête, tout en recommandant la prudence pour ne pas tirer de fausses conclusions avant que les pièces d’explosifs ne soient sorties de la mer.

Nos amis français nous demandent « Où en est passé le bel espoir du traité de Paix entre le Nord et le Sud qu’on discutait il y deux ans encore ? »

Les deux marines ne communiquaient-elles pas par téléphone lorsqu’un navire dépassait la ligne de NLL ?

Toutes nos pensées chaleureuses vont auprès des familles endeuillées. Ils tiennent debout malgré la douleur vive.

Le 26 mars devrait être désormais un jour de réflexion pour la paix maritime dans cette zone guerrière. Osons espérer une analyse technique française qui est connaisseur dans le domaine maritime depuis longtemps.

N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires, il seront pour nous déjà un soutien.

Reponses à cet article:

Une nouvelle épreuve pour la Corée

par le 2010-04-25 22:44:54

Merci de tourner nos coeurs vers ces familles endeuillées et l’aspiration à la paix malgré tout.

한반도를 위해 기도함니다

Mgr Olivier de Berranger

Une nouvelle épreuve pour la Corée

par le 2010-04-23 22:17:20

고국의 천안함 침몰로 인하여 많은 젊은 병사들의 희생에 참담하고, 슬픈마음그지 없습니다, 장병들의 명복을빕니다 Lee JD

Une nouvelle épreuve pour la Corée

par le 2010-04-23 22:16:30

Merci pour cet article. J’ai une pensée toute particulière pour les familles des disparus

Bien à vous

Jean Betermier, Amiral et vice président du Forum du futur.

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Condoléances de Benoît XVI pour l’ancien président

ROME, Lundi 24 août 2009 (ZENIT.org). - Benoît XVI a fait parvenir, sous la signature de son secrétaire d’Etat, le cardinal Tarcisio Bertone, un télégramme de condoléances adressé au peuple coréen et au président actuel, Lee Myung-bak, pour le décès de l’ancien président sud-coréen Kim Dae-jung.

Le président Kim Dae-jung s’est éteint mardi dernier, 18 août, à l’âge de 85 ans, dans un hôpital de Séoul, des suites d’une pneumonie. En l’an 2000, il avait reçu le Prix Nobel de la paix pour ses efforts en faveur de la réconciliation des deux Corées. L’Osservatore Romano lui a rendu hommage le 19 août, dans son édition en italien (cf. ZENIT du 19 août 2009), soulignant que la foi catholique était le secret de sa « grandeur spirituelle ».

C’est ce que l’on peut lire dans un article du quotidien du Saint-Siège qui le rappelle comme une « figure de tout premier plan dans la lutte pour la démocratie » et rend hommage à « ses tentatives de réconciliation avec la Corée du Nord ».

Dans ce message publié vendredi dernier, Benoît XVI confie le président défunt « à la grâce et à l’amour du Dieu tout-puissant ». Benoît XVI dit aussi sa prière « pour tout le peuple coréen en deuil » et invoque sur lui « de tout cœur la bénédiction divine de paix et de force ».

Ce message rendu public par la famille de l’homme d’Etat disparu, a été repris par l’agence officielle de la République populaire de Chine, la « Xinhua News Agency ».

   Imprimer cet article.

Adieu et Merci au Cardinal Kim Sou Whan

Des centaines de milliers de personnes ont rendu hommage au Cardinal Kim dont la disparition a suscité une grande émotion parmi les croyants et les non catholiques.

À la cathédrale Myoung Dong de Séoul, une foule interminable rend hommage au défunt exposé à la cathédrale. On compte 100 000 visiteurs par jour...

Le cardinal Stephen Kim Sou-Hwan, archevêque émérite de Séoul, est décédé le 16 février 2009.

L’annonce de sa mort a été diffusée par l’archidiocèse de Séoul : le cardinal est mort à 18h12 (heure locale), à l’hôpital Sainte-Marie de Kangnam, à Séoul. Il est prévu que la dépouille du cardinal soit transportée à la cathédrale Myeongdong, où elle sera veillée jusqu’à ses funérailles – dont la date n’a pas encore été fixée. Avec le décès du cardinal, le premier évêque coréen à accéder au cardinalat, disparaît un des géants de l’Eglise catholique en Asie, une personnalité qui a marqué l’histoire de son Eglise et de son pays.

Stephen Kim a vu le jour le 8 mai 1922 dans la ville de Taegu, à une époque où son pays était colonie du Japon. Après avoir été contraint, alors séminariste, de servir sous le drapeau japonais, il sera ordonné prêtre le 15 septembre 1951, alors que la guerre de Corée faisait rage (1950-1953). Il deviendra évêque de Masan en 1966. Le pape Paul VI le transfère sur le siège de Séoul en 1968, avant de l’élever au cardinalat l’année suivante. Le cardinal Kim devient ainsi le premier cardinal coréen et, à 46 ans, il est aussi, à l’époque, le plus jeune cardinal de l’Eglise catholique dans le monde.

A la fin des années 1960, l’Eglise catholique achève de voir ses structures « coréanisées » et le cardinal Kim va imprimer sa marque personnelle à l’Eglise en Corée. Il choisit de l’engager concrètement dans la société pour répondre aux grands problèmes sociaux : développement économique, justice sociale et démocratisation politique. En 1968, lors de son message inaugural en tant qu’archevêque de Séoul, Mgr Kim appelle l’Eglise en Corée « à abattre les hauts murs derrière lesquels elle est enfermée pour se porter au cœur de la société », afin d’être une Eglise au service des pauvres en fidélité à l’enseignement du concile Vatican II.

Les choses n’iront pas d’elles-mêmes car le corps épiscopal et le clergé coréens ne forment pas un front uni sur ces questions. Plus la position des militaires, alors au pouvoir, se durcit, plus la démocratie et les droits de l’homme seront menacés. Au sein de l’Eglise, des groupes de prêtres vont émerger, qui forceront le gouvernement à modérer ses atteintes aux droits de l’homme et, surtout contribueront à sensibiliser l’opinion publique. Plus tard, une fois la démocratie politique acquise, le cardinal Kim saura garder l’unité de l’Eglise catholique en Corée en accompagnant les luttes sociales qui marqueront la fin des années 1980 et les années 1990 pour un meilleur partage des fruits de la croissance économique. Le parvis de la cathédrale Myeongdong est ainsi resté dans les mémoires comme le lieu-symbole des manifestations populaires, un parvis très longtemps occupé par des manifestants de tout genre, le plus souvent sans appartenance chrétienne mais désireux d’organiser là leurs luttes.

A l’âge de 76 ans, le cardinal Kim démissionnera de ses responsabilités en 1998. A la tête d’une Eglise réunissant aujourd’hui 9 % de la population du pays, le cardinal était perçu, dans l’esprit des Coréens, comme le gardien des droits de l’homme et de la démocratie.

Attentif aux autres Eglises en Asie, le cardinal Kim a été parmi ceux qui ont contribué à fonder la FABC, la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie, et il s’est attaché plus particulièrement à renouer les fils du dialogue entre les peuples japonais et coréen, notamment par le biais de rencontres entre les deux épiscopats. En 1998, lors du Synode des évêques pour l’Asie, à Rome, il était l’un des trois cardinaux à présider les échanges.

Le cardinal Kim a rédigé de nombreux ouvrages, dont Justice sociale, Prières pour la paix, Dieu est Amour, La paix pour cette terre, Vivre comme un être humain, et ses mémoires Aimons-nous les uns les autres.

Eglises d’Asie, 16 février 2009 mepasie

Dimension de l’église coréenne
-5 millions de croyants
-4000 prêtres
-1000 religieux
-3000 séminaristes

Dernière visite au Cardinal Kim par Mgr Olivier de Bérranger

J’ai eu la joie de revenir à Séoul pour la dernière semaine de juillet 2008. Cette fois, je n’étais pas seul. En provenance d’Australie, j’accompagnais 120 jeunes du diocèse de Saint-Denis. Nous venions de participer aux Journées mondiales de la jeunesse à Sydney. Accueillis avec chaleur par la paroisse de Dong San l dong 독 산 1동, les jeunes de chez nous se sont sentis chez eux plus rapidement qu’ils ne pensaient. Dès que j’ai pu, je les ai laissés avec leurs hôtes pour aller visiter le cher cardinal Kim Soo Whan(김수환) en compagnie de Kou Jobi (구요비 신부), l’actuel responsable des prêtres du Prado de Corée.

Le cardinal était alors dans ce même l’hôpita Kang Nam(Sung Mo(강남성모병원 ) où il vient de rendre son âme à Dieu. Il avait des soucis de déglutition, dont une religieuse dévouée cherchait avec une extrême gentillesse à le soulager. Mais il était assis et, dès que nous fûmes entrés, il eut ce regard familier que je lui ai toujours connu. Celui d’un ami dont l’attitude première était toute de bienveillance.

Après quelques mots sur sa santé, sujet qui ne le passionnait pas, il me demanda d’où je venais. Je lui parlais de Sydney. Et aussitôt, il se mit à réciter un poème en coréen de Mère Teresa que je reconnus…parce que, 34 ans plus tôt, quand je le rencontrai pour la première fois, à Rome, il m’avait curieusement récité le même poème, mais dans sa version originale en anglais (je ne parlais pas le coréen en 1973). Je lui fis remarquer ce rapprochement. Il se contenta de relever ses épais sourcils l’œil rieur, d’un air de dire : « Quelle continuité ! » En effet, c’est à Sydney que le cardinal Kim avait rencontré lui-même Mère Teresa, au cours d’un colloque, peu avant ce Synode romain où je le vis pour la première fois. Ce poème, qu’il connaissait par-cœur, parlait des pauvres dans le monde, plus nombreux que les étoiles dans le ciel…

Avec le Père Ku et moi, le cardinal était visiblement heureux d’évoquer les souvenirs de la venue du Prado en Corée, qu’il avait voulue et encouragée, dont il avait guidé les premiers pas avec amour, comme, entre autres, ceux des Petites Sœurs de Jésus ou des laïques consacrées de ‘Jeun Jin Sang’(전진상) (AFI)… Le cardinal Kim appartenait à cette génération de novateurs, dans le sillage du concile Vatican II, qui n’avaient de cesse d’aplanir les sentiers raboteux pour frayer la voie de l’Evangile dans une société travaillée par les phénomènes contradictoires de la modernité.

Ce que je retiens de son témoignage, auquel je me suis souvent référé mentalement durant mes douze petites années de ministère épiscopal à Saint-Denis, c’est qu’il avait toujours vécu sa charge au service non seulement des catholiques mais de tous ses compatriotes. Je lui rappelai ce premier Noël que je célébrai dans un centre de Tae Kwon Do (태권도) où j’avais dû insister que pour soit lue la seconde partie de son message de Noël. Comme chaque fois, la première partie redisait, en termes simples et neufs, le mystère de l’Incarnation de Dieu pour la foi. Et la seconde actualisait ce mystère dans la réalité sociale du moment, décrite avec acuité et pesée au regard du sens chrétien de l’homme.

Au moment de nous quitter le 21 juillet dernier à l’Hôpital Sung Mo(성모병원) le cardinal Kim me dit, avec de la malice : « 이제 가야지요 ». « Je dois partir maintenant’ Devant mon air interloqué, il précisa : « Non pas chez moi, mais chez Dieu » Je me suis reproché de ne pas m’être alors attardé un peu pour prier avec lui. Nous allions visiter dans ce même hôpital une religieuse, ancienne paroissienne de Ok Soo Dong (옥수동) qui, depuis, l’a devancé et nous a tous devancés auprès du Père.

Voici le témoignage de Monseigneur Olivier de Bérranger qui a vécu 17 années en Corée à l’invitation du Cardinal Kim.

+오영진 주교

마지막 문병

나에게는 지난해 7월말 한국을 다시 방문할 수 있는 기쁜 일이 있었습니다. 그때는 나 혼자가 아니고 우리 생드니 교구의 120 명의 젊은 신도들과 시드니 세계청년대회를 마치고 귀국길에 한국을 함께 방문하게 되었습니다. 서울 독산 1동 본당의 따둣한 영접을 받을수 있어 이분들께 젊은 청년들을 맡기고 바로 한국프라도회 책임신부 구요비신부와 함께 김수환 추기경님의 문병을 갈 수 있었습니다.

추기경님은 그때 오늘 운명하신 병원인 강남 성모병원에 입원해 계셨는데 천식으로 괴로움을 겪고 계셨습니다. 한 수녀님이 간병을 하시느라 온정성을 다하고 있었습니다. 우리가 들어가자 추기경님은 바로 일어나 앉으시며 오래전부터 알고있는 친한 사람들에게 보내시는 예의 그 따뜻한 눈길로 우리를 맞이해주셨습니다.

추기경님은 건강이 좀 어떠시냐는 나의 질문에는 건성으로 대답하시며 나에게 어디서 오는 길이냐고 물으셨습니다. 내가 시드니 라고 말씀드렸더니 추기경님은 바로 마더 데레사 수녀님의 시를 한 수 읊어주셨습니다. 이시는 34년전 내가 로마 시노드 대회에서 추기경님을 처음 만났을 때 영어로 들려주셔서 내가 알고있던 시였습니다. 그때는 내가 한국말을 모를 때라 영어로 낭송해주셨죠. 낭송을 하신 후에,추기경님은 두터운 눈썹을 치켜올리시며 나에게 웃는 눈길을 하셨는데 저에게는 그것이 우리의 만남은 그때나 지금이나 여전하고 변함이 없다는 뜻으로 느껴졌습니다.

하기는 시드니에서 이루어진 어떤 대회에서 추기경님도 마더 데레사를 처음 만나셨고, 우리를 마더 데레사 수녀님의 시로 엮어주어서 시드니는 우리에게는 매우 인연이 있는 곳입니다. 추기경님이 줄줄 외우시는 이 시는 세상에는 가난한 사람들이 하도 많아서 마치 하늘에 총총히 박혀있는 별들의 수와도 같다는 내용의 시입니다.

추기경님은 구신부님과 나를 맞이하여 한국 프라도회의 창립 당시를 다시 회상하고 말씀하실 수 있는 것이 퍽 행복하신 듯 했습니다. 추기경님은 프라도회가 한국에 설립되기를 윈하셔서 첫 창립에 참석하셨고 그 이후에도 내내 격려를 아끼지 않으셨습니다. 돌이켜보면 매우 뚯깊은 좋은 시절이었습니다. 하긴 우리 추기경님은 예수의 작은 자매회 ㅡ 또는 <전진상> 이란 AFI (Auxiliaires féminines internationales) 창립 등 바티칸 공의회 2의 새로운 개혁노선에서 여러모로 진취적인 개혁을 시도하신 신세대의 추기경에 속합니다.

김추기경님의 삶에서 얻은 교훈은 내 마음속에 깊이 새겨져있습니다. 그래서 내가 생드니 교구에서 일할 때 수시로 이분의 한 관점을 머리속에 다시 상기할만큼 깊이있는 교훈이 되었습니다. 교회가 단지 교구내의 일에만 치우치지 않고 폭을 널리해서 온국가, 온국민의 복지에 봉사해야 한다는 바로 그 사명감이었습니다.

한국에서의 나의 첫 성탄 미사를 교회가 없었던 한 동네에서 태권도장을 빌려서 한 일이 있는데 그것을 추기경님께 다시 상기해드렸습니다. 그때 추기경님의 성탄 메시지를 내가 직접 낭독 할 수가 없어서 교우 한 분에게 낭독해 달라고 했습니다. 그랬더니 그는 성탄 신앙에 관한 제 1부의 깊은 내용만을 읽고 사회문제에 관한 제2부의 내용을 싹 생략해버렸습니다. 그래서 나는 그에게 또 다시 이 훌륭한 메시지를 꼭 낭독해 달라고 재차 부탁을 했습니다. 그제사 봉사자가 순종하는 마음으로 내용의 전모를 그대로 낭독해 주었던 일이었습니다.

지난 7 윌 21성모 병윈을 떠난 순간 추기경님이 하신 말씀이 있습니다. « 이제 가야지요. » 영문을 몰라 미심쩍어 하는 내 표정을 보시고 추기경님은 이렇게 덧붙이셨습니다. « 다시 집으로 돌아간다는게 아니고 주님앞으로 간다는 얘길세. »

나는 그때 조금 더 시간을 내서 그와 함께 마지막 기도를 나누지 않았던 것이 매우 후회가 됩니다. 그날 같은 병원에서 앓고 계신 옥수동 수녀님도 찾아뵐 계획이었기 때문이었습니다. 이후 옥수동 수녀님은 추기경님은 물론 우리 모두들 보다 먼저 하느님 아버지를 만나러 떠나셨습니다.

+오영진 주교

Reponses à cet article:

Adieu et Merci au Cardinal Kim Sou Whan

par Père André Lee le 2009-02-26 22:53:34

Le grand-père du cardinal Kim a été martyrisé pendant la deuxième moitié du 19e siècle, mais il n’est pas canonisé, ni béatifié.

Son père n’a pas été élevé par les missionnaires, mais peut-être a-t-il été formé comme chrétien par les missionnaires (à cette époque-là, il n’y avait que des missionnaires étrangers !!). Son père était marchand de jarres, un des principaux métiers des chrétiens de l’époque.

Pendant la persécution, les chrétiens de Corée ont tout perdu : maison, terre, biens et relations humaines que le gouvernement a confisqués. Ils n’avaient donc aucun moyen de vivre comme ils vivaient avant d’accepter le christianisme. Le métier de marchand était un métier méprisé selon le classement confucéen. De plus, marchand de jarres (Hang-a-ri) était un métier dur parce qu’on devait porter les jarres sur son dos et marcher toute la journée en cherchant des clients. Les chrétiens, formaient une communauté dans un lieu isolé, fabriquaient ensemble des jarres et les vendaient. Ils portaient non seulement des jarres à vendre mais aussi des livres chrétiens comme les livres de prières et de catéchèse, des croix, des statues de la Vierge etc. pour les autres chrétiens. Ils étaient donc "transporteurs" du christianisme. En Corée, les catholiques considèrent alors la famille de l’ancien marchand de jarres comme une famille traditionnellement catholique (youseo kipen choenjukyo zipan).

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Enfin, les coréens d’outre –mer récupèrent le droit de vote à partir de 2012 pour les élection présidentielles et législatives.

35 années se sont écoulés depuis l’amendement annulant ces droits fondamentaux aux coréens d’outre –mer par l’administration Park Jung-hee.

La restitution de la citoyenneté décidée par Assemblée Nationale du 22 janv. 2009 concerne toute personne ayant la nationalité coréenne, âgée de plus de 19 ans séjournant à l’étranger.

Concernant Les titulaires de la double nationalité, seuls les jeunes de moins de 22ans recouvreront ces droits à partir de cet âge il devront faire un choix de leur nationalité.

A partir du 2012, 2,4 millions expatriés coréens parmi 3 millions d’outre mer vont participer aux votes. La Corée pourra compter ainsi sur la veille d’intelligence politico sociale de l’extérieur pour un « gouvernail revu » par extérieur aussi ; Les gens de l’extérieur ont un autre regard, plus de recul. l’angle de prise de vue est différent...

Ce dénouement est une grande nouvelle pour la communauté coréenne de Paris qui n’oublie pas que l’idée de vouloir restaurer ce droit a été germé à Paris, dans l’esprit d’un éditeur journaliste d’ ONIVA, journal publié en coréen pour la communauté coréen de 1993 - 2007, un véritable biographie de la communauté coréenne.

Depuis son premier article dans son propre journal en 1997. M. Kim jae-wan a tenu la barre de ce combat pendant 12 années pour que ce dossier ne soit pas oublié. Nous avons suivi même de loin, toutes les étapes de ses longue marche de pétition, de lobbying auprès des députés, ses voyages aux Etats-Unis, au Japon...et ses écrits alarmant sans relâche, soulignant l’importance de devoir porter le dossier jusqu’ a son terme.

Même après la date où le tribunal constitutionnel s’est prononcé en sa faveur, en 2007, il a dû lutter constamment par tous les chemins.

Il dit qu’il ne se rendait pas compte au début l’ampleur et l’importance du travail. En 2008 encore, il devait faire une manifestation seul avec un piquet devant l’Assemblée Nationale à Yeuido, certains n’hésitaient pas à le regarder, ayant l’air de dire qu’il n’a rien d’autre à faire ?

Imaginez alors, l’effet de cette participation. Les donnes politiques pourront compter ainsi sur la veille d’intelligence politico- sociale de l’extérieur pour un gouvernail plus solide « taillé » par l’ensemble du peuple, d’intérieur et d’extérieur.

Toutes nos félicitations de cœur pour sa persévérance pour déplacer « la montagne » d’indifférence. Les amis de Paris souligne qu’on ne l’oublie pas sa longues démarche pour une justice sociale Il nous reste de se rendre compte la face cachée de ce droit ; c’est à dire la responsabilité d’assumer la citoyenneté des expatriés. En juin 2007 Le dossier restait dans un coin de l’Assemblée...

j’allais moi-même à l’Assemblée pour rencontrer les représentant de deux parties politiques pour y déposer les 138 signatures après un Congrès des représentants de de Koreans Women venus de tous les coins du monde, le chemin nous semblait bien loin. Bien qu’ils disaient ‘oui’ on va le faire pour le principe, mais la mise en vote dans les pays étrangère n’est pas une chose faciles à organiser même si ….

yisa

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Hommage de Co-wins à Park Kyung-ni

Une grande dame, la plus célèbre romancière de Corée, nous a quitté à l’âge de 82 ans le 5 Mai à Séoul.
(JPG)

Devant cette nouvelle, il faut dire que notre tristesse est réconfortée par la fierté et la gratitude pour sa grandeur d’âme qui nous a légué généreusement de grands messages d’espérance.

Beauté Lumineuse, héraut de la conscience collective d’une époque où la société coréenne traversait successivement des périodes troubles, née en 1926, elle a été le témoin vivant de la colonisation japonaise, de la guerre de Corée où elle a perdu son mari, de la partition du pays et de la dictature militaire qui l’a fait souffrir atrocement……

Ses œuvres, tableaux réalistes avec des dialogues savoureux, décrivent minutieusement la physionomie sociale ; elle était un observateur sans concession.

Parmi une vingtaine de romans fleuves qu’elle laisse derrière elle, Toji (la Terre) est le plus connu, une grande saga en 16 volumes (40 000 pages). Ce tableau réaliste de la ‘Corée profonde’ avec 700 personnages d’une époque cruciale ’ fut achevé après 26 années de travail de forçat. Elle décrit ici le vecu d’un peuple avec ses valeurs traditionnelles, le vécu d’un peuple, des différentes couches sociales, dans des périodes hélas bien étouffantes sous l’occupation japonaise. Elle nous souligne aussi dans cette œuvre l’importance de la terre, le respect de la nature, un appel écologique bien avant l’heure. L’homme fait partie de la nature et de cette terre. Détruire la terre, est démolir la vie, il faut la respecter et la soigner ; Elle était une pionnière dans le domaine de l’écologie. Ses œuvres sont appelées aussi ‘littérature des vivants pour la vie’. On y trouve la psychologie humaine, le désir, la passion dévorante et les rêves malgré le bouleversant changement .des années 1897 – 1945, une période particulièrement tumultueuse.

La souffrance de la partition, elle l’a connu elle-même, étant veuve de la guerre de Corée, grâce à la création littéraire, elle a su dépasser sa souffrance en se donnant entièrement à ses travaux. Sa solitude pesante, elle l’a transformé en force de création, toutes les difficultés deviennent ici matière à penser , et une sublimation totale par sa volonté et l’endurance d’un forçat. Sous le régime militaire qui a duré 20 ans, elle a subi une autre ségrégation sociale : le célèbre poète-emblème de la lutte pour la démocratisation, Kim Ji Ha (son gendre), était en prison, les gens évitaient même dans la rue la belle mère d’un poète emblème de la démocratisation à l’époque du régime militaire.

Elle parlait du sentiment de ‘Han’ même le jour de sa conférence à Paris en 2000, heureusement nous avons gardé sa voix et ses réflexions dans nos archives. Le texte de son discours prononcé le jour de son passage en 2000.

Elle vivait dans une grande solitude choisie , peu bavarde sur sa vie, nous pouvons seulement lire dans ses premières œuvres , la grande tristesse du genre Han

Voici une phrase qui reflète sans doute la douleur de la séparation d’avec son mari causée par son décès durant la guerre, mais aussi des familles séparées par la partition du pays :

(GIF)

Chers amis Co-wins,

A chaque sortie d’un de ses ouvrages, les jeunes étudiants que nous étions, malgré la veille d’examens et de concours, les avons avalé en cachette entre deux révisions de maths. Les subtiles descriptions de la psychologie des gens ordinaires, la conception du déroulement, tout est haletant, il fallait aller jusqu’au bout.

Voici les romans de Pak Kyung-ni traduits en français, que vous pouvez relire et en parler à notre prochaine Rencontre fin mai. Bien que la traduction ne parvienne pas à nous apporter la subtile saveur de ses phrases, nous avons au moins l’essentiel de l’histoire.

La terre, 1994, Min Hi-sik (belfond 1994) Il s’agit ici du condensé de deux premiers volumes, mais le public français trouve souvent pas très facile de suivre le fil de l’histoire de 25 personnages.

Les filles du pharmacien Kim, 1995, L’HARMATTAN qui était aussi un roman à grand succès en Corée.

Le marche et le champs de bataille, 1997, Ecriture dont la traduction est bien lisse, facile à lire. Nous vous recommandons de commencer par cet ouvrage.

Une adresse à ajouter, sur votre liste de lieux à visiter. Fondation ToJi à Wonju, Kangwondo

Nous attendons vos écrits sur les œuvres.

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

A terrible heartbreak for the Koreans

Sungyemun in Seoul, the historic monument No 1 destroyed in a night

Translated by H Hahk Kim, MD, Atlanta, GA USA

In less than 5 hours Sunday February 10 at around 8 pm, a terrible arson ravaged the Sungyemun (also called Namdaemun) in the middle of downtown Seoul, what is comparable to the Tower of Eiffel to Koreans. Stunned by such a terrible nightmare, thousands of people brought white chrysanthemums in front of the monument that has become a black monster in such a short time. An unimaginable tragedy has swept the country into a deep despair.

How could this be ? Where were the security guards ? How come the fire fighters could not control the fire and limit the damage to a minimum ? Did they not have enough fire trucks for such a heritage ? What negligence ! The police have arrested the arsonist quite quickly thanks to a taxi driver who saw him climbing down a ladder on the wall. It was an isolated act of a 69 year old man, gripped with a deep frustration, to avenge the indifferent society for his grudge.

The cries of criticisms and arguments have crisscrossed the nation during the Sunday night and the next day. It is indeed a deep wound for the nation in such a sensitive time of power transition and the misfortune of oil spill on the west coast, still fresh to the memory.

It may be necessary to proceed with a rapid reconstruction for the morale of the people. They have a pessimistic attitude ; they see death of a history, not just destruction of a monument that has survived numerous invasions in the past, including the Korean War. It is feared that it may fade away from the cultural heritage after its last breath of history of 600 years. Certainly, we hope the Korean people will proceed with a prompt reconstruction of the building. We humbly suggest that the French Korean Association initiate a movement of solidarity, not only of thoughts but also in material. We propose donation of a euro from each person . More about the gate : Sungyemun is also called the South Gate, classified as the number 1 national treasure. The construction is in the form of a pagoda dating back to the beginning of Yi Dynasty (1392-1910). It is part of five gates of the city wall. The word Sungyemun means Gate of “respect of politeness.”

   Imprimer cet article.

Un terrible déchirement pour le cœur des Coréens.

Sungyemun à Seoul, le monument historique No. 1 détruit en une nuit

 

(JPG)

Ce dimanche 10 février vers 20 heures, un terrible incendie a ravagé en l’espace de 5 heures le Sungyemun (appelé aussi Namdaemun) situé au centre de Séoul, la Tour Eiffel de Corée en quelque sorte. Quel choc terrible pour les Coréens ! Abasourdis par cet horrible cauchemar, des milliers de personnes ont apporté des chrysanthèmes blancs devant le monument devenu en si peu de temps une monstrueuse carcasse noire.

Impensable tragédie qui enfonce le pays dans un profond désespoir. Comment est-ce possible ? Où était le gardien de la sécurité ? Pourquoi les pompiers n’ont pas pu empêcher le feu rapidement afin de limiter les dégâts ? Combien d’extincteurs pour cet patrimoine ? Quelle négligence ! La police a trouvé l’incendiaire récidiviste en cavale assez rapidement grâce au signalement d’un chauffeur de taxi qui l’a vu gravir le mur à l’aide d’un échelle. Par cet acte isolé un homme de 69 ans, souffrant de graves frustrations, a voulu se venger de la société indifférente de sa souffrance.

Les cris, les critiques et les polémiques sont allés en tous sens dans tout le pays durant la nuit du dimanche et le lendemain. C’est une blessure qui marque profondément le peuple surtout en cette période sensible de transition de pouvoir, le malheur de la marée noire de la côte n’étant pas effacé.

Une reconstruction rapide est nécessaire pour le moral du peuple qui ont une attitude ‘pathétique’, ils ont vue la mort d’une histoire, et non la destruction d’un monument, qui a survécu aux invasions et même à la guerre de Corée, perdra sa place de patrimoine culturel après avoir perdu son souffle historique de 600 ans, il faudrait en faire un lieu culturel en lui donnant une autre fonction ? Certes, les Coréens restaureront rapidement ce bâtiment, et pour ce, nous suggérons humblement à toutes les associations franco-coréennes de prendre l’initiative de faire une geste de solidarité en pensées et en matériel aussi ; nous proposons La donation à partir d’un euro chaque personne.

En savoir plus sur la porte ; Sungyemun est appelé aussi "Porte du Sud", classé Trésor National numéro un. La construction en forme de pagode date de l’époque de la dynastie Yi(1392- 1910). Elle faisait partie des 5 portes d’enceinte de la capitale. "sungyemun" signifie "respect du protocole de la politesse "…

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Présidentielle en Corée

Lee Myung-bak l’emporte haut la main.

(JPG)

C’était une victoire largement pronostiquée. Lee Myung-bak plane depuis des semaines, et même des mois, très au-dessus de la mêlée politique et il était hautement improbable qu’il ne soit pas élu. Pourtant, on ne s’attendait pas à un tel raz de marée. C’est à la fois un plébiscite pour les conservateurs et un cinglant désaveu pour le gouvernement en place. Son candidat, l’ancien ministre de la Réunification n’arrive que très loin derrière.

Ce résultat est avant tout l’expression de l’inquiétude des sud-Coréens pour la santé de leur économie. Car c’est sur l’économie que Lee Myung-bak, a basé toute sa campagne.

C’est un homme d’affaire devenu politicien. Il a fait toute sa carrière dans le giron du deuxième conglomérat du pays, Hyundai. Longtemps patron de la branche construction du géant, ce qui lui a d’ailleurs valu son surnom de « bulldozer », il entre sur le tard en politique. Il est élu maire de Séoul en 2002, un mandat pendant lequel il a fait la preuve de son pragmatisme.

Pour le conservateur, une seule ombre au tableau : le taux d’abstention record pour cette élection : 8 % de plus qu’il y a 5 ans, 15 % de plus qu’il y a 10 ans et près de 30 % de plus qu’en 1987, la première présidentielle démocratique du pays.

Source : KBS

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Bravo la ville de Yeosu !

La cité côtière coréenne a été sélectionnée comme ville hôte pour l’exposition Internationale de 2012.

(JPG)

Le choix de BIE du 26 novembre 2007 ravit la Corée entière et les habitants de Yeosu qui après avoir passé la nuit entière en regardant les nouvelles à la télévision sortaient dans la rue pour exprimer leur joie à 5h du matin. Ils attendaient cette nouvelle depuis 2002.

Parmi l40 pays participants, 77 ont voté au deuxième tour pour la cité coréenne. D’abord pour sa beauté pittoresque et le climat de cette ville côtière de Jeolla-namdo avec ses 300 îlots et pour le thème de l’Exposition d’une grande actualité ;

« Pour les cotes et les océans vivants : diversités de ressources et activités durables ; Comment préserver de la vie marine et ses trésors cachés et quelles sont des mesures possibles pour lutter contre le réchauffement du climat. »

Toutes les civilisations ont commencé au bord de l’eau. Comment vivre avec océans en toute harmonie sans les détruire ? Telle serait le sujet de ce grand projet qui ambitionne d’attirer le busines vert mondial.

Les pays votants se souviennent aussi de l’ardeur d’un peuple sympathique qui a su démontrer sa capacité en tant qu’organisateur de grands évènements depuis des jeux olympiques de Séoul en 1988, l’Exposition de Taejon en 1933 et la coupe du monde de football en 2002 qui ont toutes été un succès sur tous les plans.

Toutes nos félicitations à la ville de Yeosu et l’équipe de préparation de l’Exposition du Ministère des Affaires Etrangères et du Ministère des Océans qui ont œuvré à ce projet depuis déjà quelques années.

Cher Amis Co-wins, en attendant 2012, il est temps d’aller étudier le sous-marin Geobuk-Seun. Le premier sous-marin inventé et construit par le grand amiral Yi Soon Shin au 16ème siècle y a été construit.

Pour savoir d’avantages sur la ville et sur l’organisation : www.expo2012.co.kr

Reponses à cet article:

Bravo la ville de Yeosu !

par David le 2007-12-09 01:59:50

C’est effectivement une très grande nouvelle pour la Corée. Cette décennie s’avère être celle de l’Asie du Nord-Est. En ce qui concerne les grands évènements internationaux tout du moins. Après la coupe du monde Japon/Corée, l’exposition Universelle d’Aichi en 2005, les JO de Pekin en 2008 ; rendez vous à Yeosu en 2012 !

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Un pas décisif vers la Paix

Le 4 Oct. 2007 ; Le Sommet intercoréen 2007 se termine par un « Traite de Paix Permanent » entre deux Etats frères restés trop longtemps dos à dos !

(JPG)

« J’ai admiré ce sommet, Quelle démarche et quel progrès, Nous sommes heureux pour vous. » « Quel revirement de situation par rapport à l’année dernière à cette époque ? Le 9 octobre 2006, vous étiez un peu pâle … » Deux frères se battaient sur une idéologie politique, aujourd’hui, ils se serrent la main pour un nouveau départ au bout d’un demi siècle de conflit. C’est une belle histoire ! Ce n’est jamais trop tard pour la réconciliation. « Ça a l’air de marcher la réconciliation après tant d’années d’hostilités. Ouf, un coin de la planète d’où arrivent des nouvelles positives, une belle histoire, et les droits de l’homme vous en parlerez après ?... »

« Soulagés de savoir qu’ils ont pris le chemin de raison La réunification passe par les relations économiques. Il faut que les clauses du traité se réalisent malgré les critiques bien sceptiques des opposants pour l’intérêts des deux cotés. Laissons les témoignages sentimentaux de la communauté de côté. Parlons de ce qui intéressent les esprits pratiques, les minerais, les gaz, les bas salaires. Il y a de quoi à rebâtir une autre centre du commerce mondial, pourquoi la France met-elle autant de temps de ‘Wait and See’, par prudence ou par ignorance du terrain ? Je me souviens que vous avez organisé déjà en 2002, ville de Gaesong dans les briefing du breakfast en 2002 au sujet de parc industriel de Gaesung. »

Les nombreux témoignages sortent de l’indifférence tout en étant faisant sentir la vigilence, vue l’étiquette du Nord, depuis déjà longtemps. Une nouvelle ère de Co-wins entre Le Nord et Sud est possible selon le savoir faire des dirigeants qui sort du cliché ‘conservateur’ et prog. Il faudrait changer de prisme de vision d’une situation politique. La politique de Sang -Saeng (Vivre ensemble avec l’autre) avec des accords institutionnels concrets, la plupart des Coréens d’outre-mer dit "C’est bien, il faut le faire"

Le 2 Oct. 2007 Le Président Roh en traversant à pied les frontières de No Mans’s land n’était pas assuré d’une réponse aussi positive.

Il avait dans sa poche un dossier, un traité avec les clauses la déclaration de mai 2002 retravaillée et complétée en y ajoutant d’autres parcs industriels et d’autres sites touristiques, la possibilité de faire fonctionner les trains arrêtés en mai dernier. Malgré les cris violents des opposants conservateurs de Séoul. ‘Ces démarches nous coûtent trop cher, on n’’en peut plus’ nous sommes ruinés » Mais n’ont-ils jamais eu l’idée du coût de la guerre. ?

La clause du traité est basée sur une infrastructure du type ‘Gaesong’, une communauté intercoréenne économique institutionnalisée dans l’esprit de Sang Saeng. Les entreprises du Sud s’installent au nord pour faire travailler les ouvriers du nord qui ont un taux de salaire bien plus bas qu’au sud. D’autres parcs industriels, des coopérations économiques, des rencontres des familles plus régulières, le passage régulier de chemins de fers après la liaison test de mai dernier, et des échanges culturels. Ouverture mais non ingérence de chaque état. Une coexistence paisible et prospère, la première étape par lequel les choses nouvelles se construisent.

Le fossé d’incompréhension creusé en 50 ans n’est-il pas insurmontable ?

La différence de la mentalité et la vision des choses dans la même culture vont resurgir mille fois comme le régionalisme coréen du Sud. il y aura les étapes des heurts ingérables.

Nous avons eu dix années de négociations pour le Vietnam à Av de Kléber même après le traité de paix. Espérons que les Coréens travailleront deux fois plus vite avec leur slogan "Palri palri" !

Une autre question surgit dans la table de la chaque discussion en Corée Ce traité influence la grande élection qui va arriver très prochainement au 19 Décembre. Le peuple souhaite un Président qui ait une BM (Baquette magique) dans le savoir économique tout en sachant se positionner sur l’échiquier du monde. Cette BM est forcément liées avec cet évènement, certains y pensent sérieusement. En Juillet encore ce discours d’une direction qui affirmait que la stabilité politique précède l’économie était inaudible. Le problème du Nord était encore considérer comme un signe d’appartenant à la gauche extrême, « la gauche-rouge » comme disent les coréens restés anti de tous. L’’action du gouvernement Roh influencera forcement dans le choix du peuple. Les lignes politiques la droite comme du centre gauche ne pourrait que présélectionner un homme de BM économique avec la capacité d’une vision sur l’échiquier international.

Beaucoup passionne à dessiner jour par jour le portrait robot d’un président le 19 décembre en y ajoutant sa capacité à agir face à l’énorme tache de la réconciliation qui se joue aussi sur l’échiquier relations internationales avec ses voisins et avec U.S.A.

A chaque étape, un nouveau départ, et ceci sur la base du travail accompli par ses prédécesseurs. L’avenir se construit sur les efforts d’hier et d’aujourd’hui. Le Passé, le Présent et le Future forment une unité qui ne pourra être subdivisée en trois parts.. Vive les acteurs courageux, artisans de la Paix et la Stabilité, qui ont risqué leur confort pour laisser la place aux talents ‘économiques’ pour tenir le gouvernail dans cette nouvelle traversée. N’oublions pas les pionniers qui ont su montrer la direction de Sang Saeng à chaque moment de crise, sans qui la prospérité ne pourrait se faire.

Il est difficile de se souvenir, au moment de la récolte, de ceux qui ont semé les graines. En ce jour d’automne ensoleillé, un vrai Bonheur frémit au plus profond du coeur de milliers des coréens qui ont œuvré à cet aboutissement ! Il est temps d’esquisser encore une fois une grande pensée coréenne ;

Il est temps de parler de parler de Gye Byeuk « .A chaque matin, une aube nouvelle se lève »

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Aide pour les sinistrés de Corée du Nord

Du 7 au 14 août 2007, la Corée du Nord a été confrontée aux pires inondations qu’elle ait jamais connu.

Le bilan humain et matériel est très lourd : plus de 600 morts et disparus, plus de 8.000 bâtiments publics (écoles, hôpitaux…) détruits, un million de Coréens touchés qui ont besoin d’une aide alimentaire et médicale d’urgence, dont au moins 100.000 sinistrés.

Mais le pire est probablement à venir : l’hiver arrive.

Dans les années 1990, des inondations moins graves avaient été la cause directe d’une famine qui avait entraîné au moins des centaines de milliers de morts. Or les inondations de cet été ont provoqué la perte de plus de 10% des terres cultivables.

Face à l’ampleur de la catastrophe, nous vous demandons de participer une autre action : La Croix-Rouge internationale, ainsi que d’autres organisations de l’ONU ont répondu à l’appel de secours aux côtés de la Corée du Sud.

Le Japon, les Etats-Unis, et 11 pays ont aussi répondu à la demande d’aide des Nord-Coréens. Mais le sinistre est d’une telle dimension que le peuple coréen a besoin de l’aide de nous tous.

La confédération des associations franco-coréennes (Co-wins) exprime son entière solidarité au peuple coréen du Nord de la péninsule.

Face aux besoins énormes pour la reconstruction des lieux sinistrées, Co-wins appelle chacune et chacun à la solidarité.

   Imprimer cet article.

56년 동안 단절되었던 한국사 위를 가로지르는 열차

급격한 정치적 변화가 "사람이 살지 않는 땅" 한반도 38도 경계지역에서 일어나고 있다.

2007년 5월 17일 목요일, 한국전쟁(1950 53년) 이후 50여 년간 멈춰 있던 열차가 한국의 남북 분단선 위를 동쪽과 서쪽에서 동시에 가로지르며 만인의 염원으로 기록될 역사적 첫발을 내딛었다.

남한과 북한의 철도망 연결 시험 서울 시각으로 12시 15분, 한반도 서쪽에서는 남한열차가 북한의 개성역에 합류하기 위해 100명이 승객을 태우고 분단선에서27.7km떨어진 문산역에서 출발했다. 한편 북한열차는 금강산에서 출발하여 남한의 제진까지 북측 승객 50명과 함께 한반도 동쪽 철도선을 따라 25.5km를 달렸다. 이 긴장되는 순간 앞에서 남북 양측 모두는 숨을 멈추고 지켜보고 있었다. 왜냐하면 이번 개통은 남북간 화해의 문이 상당히 열렸음을 증명하는 아주 중요하고도 상징적 의미를 지니기 때문이다.

2006년 10월 9일, 북한의 핵실험으로 고조되던 희망의 빛이 퇴색되고, 2007년 2월 13일 새로운 희망의 6자 회담 이후 다시 안개의 길로 접어들면서 화해로의 기대감이 절망스런 정치 조짐으로 반복되는 기후변화를 겪어온 남한과 북한에게 이 소식은 더욱 양측간 화해의 의향이 크게 진보되었음을 시사하는 것이라고 해석할 수 있다.

이에 지난 5월 11일 저녁, 남북한 화해 기대와 변화를 위해 파리에 거주하는 한인들과 남한의 민주평화통일자문회장 김상근 씨가 마련한 자리에서는 아래와 같은 논의가 오고 갔다.

-  1985년이래 10,987이산가족의 상봉.
-  100,000명의 남한사람들이 북한에 방문.
-  남북 양측 113명의 장관회의 및 32번의 군사책임자들의 만남이 이루어짐.
-  10억에 달하는 경제교류 활성화.
-  약 10,000명으로 추정되는 북한사람들이 남한에 정착하여 반세기 분단역사로 인해 서로 차별화된 문화에 적응하고 있음.
-  남한의 1,300기업들이 개성에 산업지구를 건설에 등록 , 남북 양측의 협력관계 속에서 경영되고 있음.

현재 남한의 극보수주의자들도 이러한 분단의 현실이 가져오는 고통이 모든 분야에서 장애요소로 작용하고 있음에 대해 더 이상 간과할 수 없다는 것을 자각하고 있다.

한국은 현재, 세계화의 맥락속에서 강요된 분단의 아픔을 극복하기 위해서 그 어느 때보다도 더욱 세계의 관심을 필요로 한다. 이 새로운 지정학 카드의 효과를 배가하기 위해서는, 특히 인도주의에 입각하여 한국의 통일을 염원하는 프랑스 등 강대국들의 적극적인 관심과 참여를 유도할 필요가 있다.

   Imprimer cet article.

Deux trains traversent « l’Histoire bloquée » depuis 56 ans des deux Corées.

Un changement du paysage politique vient d’avoir lieu dans le « no man’s land » du 38e parallèle de la péninsule coréenne.

par Sabine Yi

Un événement qui marque la volonté de tout un peuple ! Jeudi 17 mai, deux trains ont franchi la frontière intercoréenne : ce qui n’était plus arrivé depuis la guerre de 1950-53...

Un test d’interconnexion des deux réseaux ferroviaires A 12 heures 15, heure de Séoul un train du Sud part de la gare de Munsan pour joindre la Gare de Gaesung au Nord, à 27,3 km de la frontière avec 100 passagers à bord, et le réseau du nord, depuis Gumgangsan jusqu’à Jaijin au sud, avec 50 voyageurs du Nord, soit un trajet de 25,5 km à l’est de la péninsule.

(JPG)
(JPG)

Sans crier victoire, tout le monde reste le souffle court devant ce pas de géant de la détente entre les deux Corées, car ce geste est plus que symbolique : il prouve que la porte de la réconciliation est entrebâillée...

Pourtant, le 9 octobre 2006, la nouvelle de bombe atomique avait changé les couleurs de l’espoir dans cette région du monde. Puis, le 13 février 2007 le temps s’éclaircissait à nouveau pour retomber aussitôt dans le brouillard. Un climat politique morose s’établissait, voire un climat de déception, même chez les moins susceptibles de découragement.

La marque d’une réconciliation qui avance ? Le 11 mai dernier, les coréens de Paris assistaient à une soirée de M. Kim Sang Geun, vice Président du Conseil Consultatif de la Réunification de Corée du Sud, venu spécialement de Séoul pour une intervenir sur la situation politique intercoréenne, sur laquelle beaucoup d’entre nous étaient désireux d’en savoir plus. Bilan de ce échange : le processus de Réconciliation entre le Sud et le Nord avance, malgré tout :
-  10 987 familles séparées se sont rencontrées depuis 1985 ;
-  100 000 coréens du sud se sont rendu en Corée du Nord ;
-  113 rencontres inter-ministrielles et 32 rencontres de responsables militaires ont eu lieu ;
-  montant de l’échange économique : 1 milliard de dollars ;
-  nombre de coréens du nord installés au sud : évalué à 10 000 personnes qui doivent s’adapter aux différences de culture creusées par un demi-siècle de séparation ;
-  1300 d’entreprises du sud se sont inscrites pour s’installer dans la zone industrielle de Gaesung, gérée par la coopération des deux parties. (Combien gagne un ouvrier de Gaesung ?).

Les plus conservateurs du Sud en sont désormais conscients : cette partition engendre une souffrance humaine et des handicaps multiples qu’ils ne peuvent plus ignorer.

La Corée a plus que jamais besoin de l’attention mondiale, pour faire avancer ce dossier difficile et douloureux, imposé par les déchirements d’un échiquier mondial. Cette nouvelle donne géopolitique est une invitation a toutes les grandes puissances, et en particulier a la France,à encourager la réconciliation de la Corée qui reste un dossier d’urgence sur le plan humanitaire !

   Imprimer cet article.

Election du nouveau secrétaire général de l’ONU

Le coréen Ban Ki- Moon est promu au poste de médiateur international dans une période cruciale pour la politique internationale.

Par Sabine Yi

(JPG) Le 13 octobre 2006, l’incroyable nouvelle a été diffusée dans le monde entier sous les applaudissements de 192 pays au siège de l’Onu à New York.

Cette nouvelle émeut tous les Coréens de toutes tendances politiques ainsi que ceux d’outre-mer. Est-ce un signe de reconnaissance, un tremplin d’espoir au delà de la succes-story d’un individu ?

Ce « couronnement » du 13 octobre est aussi pour les 8 millions de coréens d’outre-mer, une grande nouvelle, porteuse d’un espoir de dénouement des l’hostilités du monde par la diplomatie.

Certains se demandent ce que M. Ban Ki- Moon peut faire, seul contre la volonté des puissants ?

Justement il ne sera pas seul. Il a l’art de réunir le soutien des artisans de la paix et il saura s’ entourer par des spécialistes des problèmes de chaque partie du monde.

Beaucoup entre nous avons suivi attentivement depuis des mois toutes les étapes de l’élection à l’ONU en s’inquiétant à l’idée du probable veto d’un des 5 pays membres du conseil de Sécurité de l’Onu. En septembre dernier, la France hésitait encore, craignant qu’il ne soit trop proaméricain. Certains pensaient qu’il était un peu fade, voire trop modeste, sans vision politique ….

Nous avons le souvenir du discours en français de M. Ban, en février 2006, à Paris. Il y devançait déjà la demande du Président Chirac qui, dans sa lettre de félicitation, a mis l’accent sur l’utilisation de la langue française au sein de l’Onu.

En effet, les diplomates asiatiques sont souvent anglophones et les autorités françaises pensent tout haut « comment un poste important de l’Ambassade peut-il être occupé par un diplomate qui ne parle pas français ? »

Sa relation avec l’ONU a plus 50 ans ; dès l’adolescence, il écrivait à l’ONU pour la cause hongroise. Très jeune, il se rendit aux Etats-Unis pour un concours de discours. A cette occasion, sa rencontre avec John F. Kennedy confirma définitivement son ambition de devenir diplomate international.

La clef de son succès est d’abord sa capacité à naviguer au sein de l’ONU et son aptitude à ne pas s’y faire d’ennemis. Il a compris dès son jeune âge la force de langue la plus parlée dans le monde.

On nous apprend que, même au poste de Ministre, il n’arrête pas d’étudier les langues étrangères ; le français, l’allemand. Il est convaincu que la langue est le chemin direct permettant toucher la fierté de chaque culture.

L’homme surgit d’un petit pays d’Asie n’est pas connu sur la scène internationale. Chacun de nous se demande ce qu’il peut faire à ce poste ; Serait-il le simple secrétaire d’une organisation internationale ? Sans pouvoir occuper le poste de Général ?

Voici les grandes lignes de ses intentions prononcées le 13 octobre dernier lors de son discours d’acceptation du poste à New York.

« Le rôle des Nations Unis devient de plus en plus important, et nécessaire de nos jours. D’abord, une réforme au sein de l’Onu est nécessaire afin qu’elle ne soit pas un simple machine d’administration, mais une organisation mondiale efficace qui répond au besoin du 21ème siècle tout en respectant les trois objectifs de l’ONU ; la paix,le développement, et les droits de l’homme (…)

Si le rôle de l’Onu était jusqu’ici de faire le gendarme dans les conflits entre les pays, dans une nouvelle ère, l’Onu attendra un stade plus avancée ; faire progresser la compréhension mutuelle dans la différence, développer le monde dans l’humanisme tout en réinventant la confiance mutuelle entre chaque pays et chaque ethnie pour une meilleure coopération. »

M. Ban Ki- Moon est le deuxième asiatique à être promu à ce poste après M. Utant. Son apparence modeste, valeur première des vertus asiatiques, ne doit pas être confondue avec un manque de vision ou de volontarisme.

L’ONU ne restera plus avec de vaines promesses. Elle fera tout pour la réalisation d’actions, d’une compréhension et d’analyses justes, là où les choses sont nécessaires.

Le rôle de médiateur est une mission primordiale, la plus importante même, et il faut faire en sorte que la décision de l’Assemble Générale soit respectée. L’ONU doit sortir aussi de sa routine un peu trop bureaucratique.

Devant lui les dossiers urgents s’accumulent, notamment avec un changement de la topographie des pays dotés de bombes atomiques. Il faut espérer avec la nouvelle nomination de M. Ban que le pouvoir de persuasion de l’ONU soit plus efficace afin que la cause étatique ne dépende pas seulement de la force des armes.

Souhaitons que l’ONU organise les bonnes volontés de la planète et que la science progresse dans un sens qui favorise l’existence au lieu de la mettre en danger comme c’est le cas avec la bombe atomique.

   Imprimer cet article.

Oui pour Mme Han Myoung-sook

Le Parlement Coréen dit oui à la nomination de Mme Han Myoung-sook au poste de premier ministre.

Après 2 journées d’audition, l’Assemblée nationale a approuvé le 19 Avril la nomination de Mme Han avec 182 voix pour et 77 voix contre parmi les 264 députes présents. Une investiture encourageante.

Le parti Uri a voté massivement pour sa nomination. Les autres partis ont voté librement selon l’appréciation de chacun de leurs membres. Mme Han devient ainsi le troisième premier ministre du gouvernement du Président Roh Moo Hyeun.

Les tâches qui attendent le nouveau premier ministre sont loin d’être routinières ;

Les disparités sociales entre les pauvres et les riches

Les relations économiques avec les Etats-Unis (Free Trade Agremment )

La promotion des droits de l’homme en Corée du Nord et l’aide à l’ouverture du pays communiste à la communauté internationale, à l’image de la Chine.

Mais elle doit tout d’abord aménager un climat politique favorable aux élections de centaines de chefs d’administration locales qui se dérouleront le 31 mai.

Bon Vent pour notre Première Femme Ministre !

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.

Une actualité qui nous touche 

Nomination de Mme Han Myoung-sook au poste de premier ministre en Corée du Sud.

La nomination du député Han Myoung-sook, comme premier Ministre de Corée du Sud le 24 Mars 2006 est une très grande nouvelle pour la confédération Co-wins.

Han Myoung-sook (JPG) Première supportrice de notre projet Kang-gang Soo-wollae, elle est convaincue que notre manifestation est la plus importante de tous les programmes de cette année de commémoration du 120ème anniversaire des relations diplomatiques franco-corénnes.

Dans l’histoire du pays du matin calme, c’est la première fois qu’une femme devient chef du gouvernement. Dans l’attente de l’investiture du parlement, toutes les associations de femmes sont déjà derrière elle. Le GNP, parti d’opposition, ne s’oppose pas à sa nomination mais demande toutefois à Mme Han qu’elle quitte le partit Uri afin de garantir la neutralité de sa gouvernance.

Un personnage clef de la scène politique coréenne

Née en 1944 à Pyongyang en Corée du Nord, Mme Han Myoung-sook a étudié la littérature française à l’ Université Ewha de Séoul.

Elle a été une figure importante du mouvement de la Démocratisation sous le régime militaire. Six mois après son mariage, son mari, le Professeur Park Sung Jun a été emprisonné, accusé de trahison par le régime militaire pour son affiliation au parti RRP (Unification Révolutionary Party) . Arrêtée en 1979, elle a elle-même passé deux années en prison, accusée d’avoir distribué des livrets critiques sur le gouvernement de l’époque.

Mme Han Myoung-sook est aussi leader et militante de longue date pour le droit des femmes.

En 1987, Elle a créé le KWAU (Korean Women’s Association United) qui fédère une vingtaine d’associations de femmes.

En 2001, sous la présidence du prix Nobel de la paix KIM Dae-Joong, elle est devenue ministre des droits de la femme, et sous la présidence du Président Roh, Ministre de l’environnement.

Elue deux fois député, elle est surnommée la "lawmaker" des droits des femmes. Elle est notamment à l’origine de la loi sur "l’Egalité pour l’Emploi entre femmes et hommes", de la loi sur le congé de maternité et de la loi sur la protection contre la violence sexuelle.

Elle est aussi la fondatrice de KOWIN (Korea Womens International Network)

Son sourire, sa capacité d’organisation, une apparence douce ainsi que sa détermination sont le secret de sa réussite au sein du société coréenne historiquement machiste et qui ne tolère guère la présence de femmes aux postes suprêmes.

   Imprimer cet article.


Korean Air (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF)