Hommage à Monseigneur Olivier de Béranger, décédé

C’est avec tristesse que nous avons appris la nouvelle. Le 23 mai 2017. Ce prélat catholique, prêtre du Prado et évêque du diocèse de Saint-Denis (1996-2009) a su gagner le coeur des coréens.

(PNG)

Après 17 ans de mission en Corée du Sud, notamment auprès des ouvriers dans la banlieue de Séoul, en réponse à un appel du Cardinal Kim, il est resté très attaché à la Corée et a tissé des liens forts avec les coréens de France. Les coréens l’appelaient Oh Young-Jin, nom qui lui avait été donné par un lépreux en Corée. Young pour éternité et Jin pour Vérité, car il était venu apporter la Vérité éternelle.

Les coréens le considéraient avec respect et étonnement comme l’un des leurs parce qu’il s’est fondu dans la mentalité coréenne, aimant prêcher, chanter, échanger en coréen, partager leurs repas et leurs soucis. En cela, il a été dans le sillage des missionnaires MEP martyrs de Corée. Il aurait tant souhaité voir la réconciliation des 2 Corées...

(PNG) (PNG)

"Vous n’êtes plus des étrangers mais des frères" (Eph 2,19) Deo gratias !

Le 29 mai à 14h30 à la Basilique Saint-Denis. La cérémonie des funérailles de Mgr Oh Young-Jin a été émouvante et impressionnante. La Basilique remplie de visages de toutes les couleurs : les frères du Prado, la paroisse de Versailles et la paroisse coréenne de Paris. Lorsqu’un groupe important de prêtres chantent ensemble sur l’autel "ceci est mon corps" avec une telle sonorité, grave et profonde, un message d’amour arrive droit au coeur, et même ceux qui n’ont jamais compris ce mystère se sont agenouillé.

Un témoignage d’une jeune africaine fut touchant : "vous êtes l’évêque des Sans Papiers". Pour une autre, c’est "l’évêque de Repentance de Drancy". Rarement nous avons vu une cérémonie si puissante de message. Sa tombe se situant dans la basilique, celles et ceux voulant venir s’y recueillir peuvent continuer à lui rendre hommage.

   Imprimer cet article.

La guerre de la paix

Dans la nuit du 26 avril 2016 une dépêche est arrivée de Corée comme une flèche empoisonnée. Un boucler anti-missile a été installé de force à Seungju* comme une action de commando et cela seulement 11 jours avant l’élection présidentielle, prévue le 9 mai prochain.

L’opération s’est déroulée en pleine nuit. Neuf camions ont forcé les faibles barrages des habitants de Seungju, qui veillaient jour et nuit.

(JPG)

Pendant 287 jours dans le froid, sous la pluie ou sous la neige, les habitants de Seungju ont manifesté tous les soirs de toute leur force depuis le 14 juillet 2016 contre cette ’installation’ dans leur commune verdoyante et respectueuse de l’écologie, commune ancestrale dont l’existence remonte au 13ème siècle. Cette lourde machine militaire, dotée d’un puissant radar x-band, a été vue jusqu’ici en action seulement dans le désert ou au bord de la mer.

“No THAAD ! No War but Peace !” - « Ne faites pas de Seungju le terrain des « wargames » des puissants de ce monde ». « Les habitants savent que cette machine fait partie de la stratégie américaine. Ce THAAD ne pourrait pas intercepter les missiles balistiques du Nord qui seront tirés en différentes altitudes que THAAD peut seulement abattre à haute altitude. Aucun test, aucun examen n’a été effectué pour évaluer la nuisibilité environnementale ou l’impact sur la santé des habitants ». Et surtout, Washington ne peut passer outre la volonté du peuple !

« Nous sommes paysans depuis des siècles. Nous cultivons paisiblement nos célèbres melons qui sont diffusés dans toute l’Asie, nous ne pourrons plus exporter ces fruits nulle part désormais car ils seront imbibés d’ondes de radar. » Et la Corée souffre déjà de l’énorme sanction économique de la Chine, et ce lieu deviendrait aussi une cible militaire de la Chine et de la Russie, nos puissants voisins qui, depuis le début, s’opposent farouchement à cette installation ».

(PNG)

Le Courage comme un roc des habitants de Seungju priant sans perturbation devant la livraison de matériel de THAAD.

Pourquoi avoir fait un tel « forcing » juste avant l’élection présidentielle et alors qu’il n’y a pas de preuve indubitable que ce "Great God Brown", qui ne fait pas l’unanimité parmi les scientifiques américains, soit un outil de défense efficace.

Le radar x-band détecterait les mouvements de l’autre camp à une distance de 2000km ce qui explique aisément la colère de la Chine, qui a aussitôt annoncé des sanctions contre les produits coréens et arrête totalement le tourisme de ses ressortissants en Corée. Depuis des mois, on évoque des deux côtés une « attaque militaire préventive », sous le décor menaçant de l’arrivée de grands porte-avions, de sous-marins à têtes nucléaires, et d’avions de chasse : une véritable démonstration des armes de guerre ultra sophistiquées.

Le lendemain de cette arrivé de THAAD, le 27 Avril, la Corée se réveille avec l’annonce de l’Oncle Sam : elle doit payer une somme d’un milliard de dollars pour le THAAD qu’elle ne veut pas ! Même les responsables coréens qui ont œuvré pour cette installation avant l’arrivée du prochain gouvernement ne comprennent pas. Il n’y avait pas de clause du montant à régler dans la mesure où la Corée offrait le terrain d’installation. « La Corée est le plus grand client des Etats-Unis en matière d’achat d’armes. La vente d’armes entre les pays alliés n’a pas changé et ce mode d’exploitation « mafieuse » rappelle l’époque des colonies ! »

Nous avons lancé une chaîne de prières à Lourdes le 15 août dernier avec la foi ferme que la conscience positive du monde soutiendra le chemin de la paix par la voie de dialogue sans des milliers de victimes comme en Syrie.

Ce 9 mai a vu naître une autre page historique : celle de la lutte d’un peuple chassant l’ombre pour la lumière. Espérons que les émissaires du nouveau Président envoyés dans les quatre coins du monde arrivent à expliquer que la Corée est un pays indépendant depuis 5000 ans. Grâce à cette racine profonde et solide, elle tient debout malgré sa petite taille en comparaison à l’Amérique ou la Chine. La vraie victoire appartient à celui qui la gagne hors des champs de bataille.

https://youtu.be/WSE85XJUneg ?list=LLCJ3Xl3-ksc4Xhpugkdj3gQ

   Imprimer cet article.

Paris Quartier d’été annonce un Pansori

(PNG)

Nous osons relayer cette annonce d’une sortie solidaire malgré ce grand « Silence » du deuil collectif douloureux face aux frappes sur les innocents à Nice le 14 juillet dernier.. L’art de Pansori est une incantation profonde avec sa vocalisation particulière, juste des mots pour exprimer nos grandes peines. C’est aussi une consolation, qui nous mène vers une résilience, une mise en marche vers un juste équilibre pour ne pas succomber dans la trop grande tristesse.

Le Pansori , un art dramatique des chants épiques populaires en Corée dans les milieux ruraux depuis le XVIIème siècle est classé par l’Unesco comme un patrimoine culturel immatériel de l’humanité depuis 2008.

La technique de vocalisation particulière, qui a l’air d’atteindre le grand ressentiment philosophique appelé Han. Il y a un fond d’incantation à vouloir joindre non seulement les spectateurs présents mais au delà d’un monde d’esprit. En principe, il y a un chanteur accompagné d’un Tchangoo (tambour aux deux faces). Nous n’avons pas oublié le chant de Mme Ahn Sook Seun qui captait les scènes parisiennes avec son chant de « Les quatres saisons » de la vie. La participation de quatre jeunes interprètes de Paris quartier 2016 est une première tentative d’une évolution scénographique avec : Seung-Hee Lee, Eun-hye Jung, Iho An (chant) et Sun Kim au piano. Ils nous ferons revisiter le monde de Pansori inoxydable tout en y ajoutant une nouvelle touche plus moderne comme la présence d’un pianiste...

Informations :

Le vendredi 22 juillet 2016 à 18h : Carreau du Temple (3e) Le samedi 23 juillet 2016 à 20h : Carreau du Temple (3e) Durée : 1h Carreau du Temple 4 rue Eugène Spuller Métro Temple/République tél. 0183819330

   Imprimer cet article.

Bonne année !

2016년 1월 1일 새해 아침입니다 Bonne et Heureuse Année ! A Very Happy New Year ! Feliz Año !

(PNG)

Qu’un Nouveau Souffle de l’Univers nous apporte une Nouvelle Force habitée par la grande Sagesse. Connaissez-vous cette fleur ? Elle s’appelle " oiseau de paradis". Peu connue de nos amis franco asiatiques, ce strelitzia reginae dépasse en audace le lotus et le camélia. C’est un véritable bouquet d’optimisme capable de contrer le gouffre du nihilisme dans lequel les actualités agressives de la guerre idéologique pouvaient nous entrainer. Nous avons tous besoin d’un émerveillement quelque soit le support. Comme un "livre de sagesse" il nous apporte la force de vivre avec les peines et les souffrances rencontrées dans le courant de l’existence : la maladie, la vieillesse, la disparition de ceux que nous aimons, le handicap, la pauvreté ou encore les conflits. Chaque jour est un « présent » dont nous nous devons remercier le ciel et la terre pour ce qu’ils nous apportent. Les sages ont toujours su qu’il fallait préserver la nature. Parmi nos 107 résolutions ; devenons écolos pratiquants tout en commençant par un exercice simple de sourire plus aux voisins pour que l’année soit paisible et joyeuse comme cet « Oiseau de paradis » ! Nous attendons vos bonnes résolutions jusqu’au Sollal (le 8 février) où l’année commence sur le calendrier lunaire. Ph. Roland Viard.

   Imprimer cet article.

La Danse de Souffles de Stéphane Yi

   Imprimer cet article.

Chemin vers la réunification coréenne

Du 24 au 25 juin 2015 à Londres et le 26 à Paris s’est tenu un forum sur « Le chemin vers la réunification de la péninsule coréenne » Ce forum préparé par un groupe de « thinktank » nous invitait à reprendre ce sujet à l’occasion de la 70ème année de Kwang Bok Jeul (la Lumière retrouvée à la fin de la 2ème guerre mondiale en 1945).

En effet, la Korean Global Foundation de Séoul organise annuellement ce forum depuis leur première rencontre à New York en 2000. Curieusement, la presse coréenne n’a absolument pas parlé de la 16ème rencontre de Londres et Paris. Et il y a eu très peu d’auditeurs dans la salle : une douzaine à Paris et 80 à Londres. Nous essayons de comprendre le pourquoi de cette indifférence. D’abord le manque de communication et le fait que tout le monde parle de ce sujet en baissant les bras. Pourtant, nous, coréens de la diaspora, qui sommes témoins du « Dégel » des relations entre Cuba et les USA arrivé subitement à la suite des décisions prises par deux chefs de gouvernement, nous pouvons aussi rêver qu’une pacification entre les deux Corées arrive. Comme un cadeau du père Noël.

Nos intervenants appartiennent à 18 pays : Russie, Suède, Australie, USA, Japon, Mongolie, etc...Les intervenants, tous docteurs en sciences politiques titulaires des chaires dans diverses universités et chercheurs professionnels, ont présenté les chiffres et les données historiques exactes. Tous pensent qu’il est temps d’avancer vers des idées plus concrètes même si pour certains elles sont encore trop nouvelles et pour d’autres pas assez novatrices.

Les trois intervenants de l’après-midi ont insisté sur un sujet qui nous concerne . L’utilisation de la diaspora, comme un soft power … surtout des familles composées représentatives de cet effort de rapprochement Nord et Sud. Bien entendu, des auditeurs ont soulevé le cas récent d’une coréenne de nationalité américaine qui a voulu mettre en pratique cette théorie ; Mrs Shin, beaucoup s’en souviennent, a été expulsée et interdite d’entrée en Corée du Sud. Nous en reparlerons à l’occasion. Ce genre de vécu fait hésiter ceux qui seraient tentés de s’engager. Certes les simples touristes des diasporas (‘700 0000 à travers la planète) peuvent changer les visions du Nord de par le Monde. Nos brillants conférenciers ont saisi la psychologie des auditeurs parisiens qui ont déjà essayé cette méthode il y a longtemps tout en étant conscients que seuls des personnes (Babo*) aux cœurs purs peuvent s’engager sur des terrains aussi glissants, alors que les opportunistes sauront toujours se propulser à des postes de plus en plus importants. *Babo signifie Idiot

   Imprimer cet article.

Une marche en Corée du Nord

(JPG)

Le 24 Mai 2015

Une immense marche féminine internationale pour la paix et le désarmement à l’occasion de la Journée de la femme nommée Women Cross DMZ projette de partir de Pyongyang et traverser la Zone démilitarisée (DMZ). Le Comité coréen pour la solidarité avec les peuples du monde (KCSWP) et d’autres organisations sociales nord-coréennes ont créé un comité de préparation à Pyongyang et travaillent pour organiser avec succès cette marche. « Cette grande marche encouragera les efforts du peuple coréen visant à paver la grande voie vers la réunification indépendante à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de la Corée et contribuera aux efforts de la communauté internationale pour la réunification et la paix sur la péninsule coréenne » (KCNA).

Les lauréates du prix Nobel de la paix de 1976 et 2011 participeront à cette marche ; la Nord-Irlandaise Mairead Maguire, la Libérienne Leymah Roberta Gbowee, la féministe américaine Gloria Steinem et des personnalités japonaises y seront aussi pour appeler Tokyo à résoudre le problème de l’esclavage sexuel par l’armée impériale japonaise au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Sur cette initiative exceptionnelle du Nord, le ministère de l’unification du gouvernement du Sud avait déclaré qu’il fournirait le soutien nécessaire.

C’est la première fois que la Corée du Nord s’ouvre pour ce genre de manifestation internationale. Espérons que tout se passe sans complication surtout au moment de la traversée de la DMZ. Il est primordial de créer une confiance réciproque entre deux peuples de même racine, de même culture en dépassant les “barbelés” d’hostilité politique qui perdurent depuis la coupure du pays en deux à la fin de la première guerre mondiale décidée à Yalta par les puissances alliées, représentées par Churchill, Roosevelt et Staline, sans demander l’avis du peuple concerné. Bravo et merci à Gloria Steinem qui a osé lancer cette idée depuis un moment et qui arrive à sa réalisation. Espérons que cet évènement déclenche un réel départ de rapprochement. Ce que veulent ces femmes, c’est la vie et la paix dans cette partie du monde qui souffre de partition depuis plus de 70 ans !

   Imprimer cet article.

Commémoration du 1er mars 1919

(PNG)

Même après 96 ans, le 1er mars 1919 reste une journée d’intense émotion gravée pour toujours dans le cœur de tous les coréens.

Ce jour-là, dans un salon à Tai dong Kwan choisi délibérément pour éviter une possible fusillade si la réunion avait lieu sur la place publique, 33 représentants du peuple procédèrent à la lecture de la déclaration d’indépendance de la Corée. Celle-ci annule l’annexion par le japon en 1905, obtenue par l’emploi de la force. Le manuscrit, rédigé par M. Shon Byoung Hi, a été revu et corrigé par les 33 participants. Il sera ensuite édité et imprimé en 350 0000 exemplaires par M. Yi Jong Il, directeur de l’édition Bosung Sa, l’édition la plus importante de l’époque. Malgré les grands cris "Mansé Mansé" lorsqu’ils sortirent rejoindre la foule, la volonté des organisateurs visant à s’abstenir de toute violence physique lors de cette manifestation pacifique allait être contrecarrée. En une seule journée, la police japonaise tua 7505 manifestants, en blessa 15961, en emprisonna 46948 et brûla 751 maisons.

Depuis l’annexion en 1905, les attitudes et les opinions divergent parmi les coréens. Certains sont résignés à collaborer avec l’occupant et obtiennent ce faisant des postes de fonctionnaires ou d’officiers dans l’armée impériale. D’autres ont abandonné tout espoir de récupérer l’indépendance, jugeant qu’il vaut mieux se plier aux occupants pour la survie de leur personne ; d’autres encore, « idiots » au cœur pur, partent vers le continent en pleurant, chantant Arirang pour rejoindre la Résistance en traversant les montagnes et les deux rivières de Yalu et Aprok. Beaucoup parmi ces derniers sont morts d’épuisement avant de rejoindre le groupe d’indépendance. D’autres ont été tués en recevant des balles dans le dos à Manchourie par des agents composés par leurs propres compatriotes enrôlés dans les forces de l’empereur japonais, très supérieures en hommes et en armes. Les temps étaient troubles pour organiser un soulèvement populaire. Cela prit beaucoup de temps mais ils trouvèrent de l’aide, et ce surtout dans les églises Chun Do Kyo et dans les temples bouddhistes et protestants. Ces 33 représentants du peuple étaient des hommes de grande conscience politique : savants religieux, moines intellectuels de l’époque… Ils s’attelaient à la tâche au risque de leur vie pour retrouver l’indépendance. Le 1er mars était le jour du roi Gojong. C’est pourquoi autant de monde pouvait se préparer pour les sorties.

La plus célèbre compatriote de cette journée est Mlle Yu Kwan Soon, qui n’avait alors que 18 ans. Elle est le symbole du mouvement du 1er mars, une Jeanne d’Arc de Corée dont le courage a entrainé tout un peuple à se soulever.

Malgré 1 542 sorties des groupes dans la rue avec 2 050 000 participants, malgré cette participation massive, le mouvement du 1er mars n’avait pas apporté au peuple les réponses qu’il attendait. L’indépendance était encore loin, le peuple n’avait plus le droit de parler coréen, les enfants dans les écoles recevaient des gifles s’ils s’avisaient d’utiliser cette langue avec leurs camarades, il fallait changer son nom en japonais.

En 1922, M. Yi Jong Il allait tenter de préparer un deuxième soulèvement, en imprimant encore à ses frais 250 000 exemplaires de la déclaration. Hélas, trahi juste avant cette date, il fut emprisonné à Seu Dae Moon, prison dans laquelle il a commencé une grève de la faim. Disant sa mission terminée et croyant plus que jamais à l’indépendance de la Corée, il a laissé cette phrase : « Ne restez pas enfermés dans les vieux systèmes du passé, à tout moment il faut actualiser les règles, la loi, pour le bien-être du peuple. »

Extrait du mss. La Corée racontée à Juliette et à Paul.

   Imprimer cet article.

Le 11 Janvier 2015, une marée humaine dans les rues de la France entière !

(PNG)

Nous avons vécu trois jours de cauchemar qui nous ont d’abord laissés sans voix et puis nous nous sommes bien sur associés à l’hommage rendu aux douze victimes de Charlie Hebdo, à la douleur de leur famille et de leurs proches, aux prières qui les ont accompagnés. La gigantesque manif du 11 janvier a fait résonner comme un tonnerre assourdissant le NON retentissant de la foule à la haine et à la terreur. Nous voulons croire que le vivre ensemble est encore possible. Nous voulons croire que les attentats djihadistes ne sont pas le vrai visage de l’Islam et qu’ils sont le fait "d’individus radicalisés". Mais il est difficile de rationaliser quand dix-sept victimes et toutes ces personnes à leurs côtés, qui resteront meurtris à jamais, nous interpellent. Il est aussi très difficile de vouloir ignorer qu’en France, en 2015 quatre juifs ont été assassinés, avec pour seul motif leur religion. Ils n’étaient pas des otages. Il aurait fallu pour cela qu’il y ait eu une possibilité de les échanger contre une quelconque revendication, d’en étudier l’éventualité avec un médiateur. Il n’a jamais été question d’un tel processus. Ils ont été froidement abattus dès l’entrée du terroriste dans cette supérette casher qui n’avait pas été choisie au hasard bien entendu. Nous voulons continuer à espérer que ce cauchemar est terminé, que "plus jamais ça" va devenir une réalité. Nous souhaitons que des mesures efficaces soient prises.

Sans que cela puisse servir en aucune façon d’excuse pour les criminels qui ont perpétré ces tueries, il ne nous semblerait pas inutile d’ajouter à l’enseignement de la tolérance, celui de l’humour qui n’est pas toujours transmissible et compréhensible d’une culture à une autre, d’une langue à une autre. Nous savons par expérience qu’il nous arrive de rire à contre temps ou bien d’assimiler à des insultes certaines plaisanteries. Après avoir pleuré ensemble, il faudrait que nous soyons aussi capables de rire ensemble. Nous sommes tous Charlie, nous sommes tous les juifs qui aiment les musulmans, tous les musulmans qui aiment les juifs, les étrangers sans nom qui aiment la France fraternelle.

Le 11 janvier 2015 - Confédération Co-wins.Photographie©Valérie Lefèvre

   Imprimer cet article.

Bonne et heureuse année 2015 !

(PNG)

새해 복 많이 받으세요

Chers Amis Co-wins,

Nous vous souhaitons chance et bonheur en ce nouvel an 2015. Comme ces mages venus d’orient nous marchons vers l’étoile sur le chemin de la vérité : "le ciel bleu existe au dessus des nuages".

Les mages étaient des étrangers, ils croyaient en Zoroastre. Ont-ils suivi le chemin de la vérité indiqué par Dieu ? Des milliers de Balthazar, de Gaspar, de Melchior, qui avaient une autre manière de penser, une autre manière de voir, se sont retrouvés dans la crèche de la nativité, ce symbole de l’espoir. Ils avaient traversé la nuit du désert avec l’encens et la myrrhe.

(Illustration Odile SCHOTT)

   Imprimer cet article.

Réveillon Foi & Lumière - 31 décembre 2014

(PNG)

   Imprimer cet article.

Conférence internationale

(PNG)

La Justice n’a pas été rendue pour un grand nombre de femmes qui furent victimes de l’esclavage sexuel systématiquement organisé par les autorités militaires japonaises avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Depuis le premier témoignage public d’une victime coréenne en 1991, d’autres femmes, auparavant silencieuses, se sont courageusement manifestées pour rendre compte des souffrances vécues et des violences qu’elles durent subir. C’est ainsi que la société civile coréenne a pu activement prendre en charge leur histoire pour demander la reconnaissance et la réparation de ces traitements inhumains. Mais, jusqu’à aujourd’hui, le gouvernement japonais n’a jamais consenti à la reconnaissance de sa responsabilité juridique en tant qu’Etat.

Bien que l’organisation administrative et le contrôle de cet esclavage sexuel aient été le fait de l’armée japonaise tout au long du conflit et jusqu’à la défaite, le gouvernement japonais se refuse toujours à enquêter de manière sincère et impartiale sur les faits, et à reconnaître ses responsabilités. Il nie même tout projet de coercition dans la réquisition et l’acheminement de ces jeunes femmes jusqu’aux « maisons de réconfort », les bordels militaires de campagne répartis dans toutes les zones de guerre.

Pour certaines personnalités publiques japonaises et la majorité de la presse, le cas de ces femmes ne relèverait pas de l’esclavage sexuel puisqu’elles n’auraient été que de simples prostituées volontaires. Le triomphe de cet argument a conduit à une récusation de tous les timides progrès obtenus auprès des administrations précédentes et à leur annulation.

Dans les conflits armés en cours aux quatre coins du monde, les violences sexuelles envers les femmes sont plus que jamais d’actualité. C’est pourquoi la persistance du déni des souffrances de dizaines de milliers de femmes, dites « de réconfort », soumises à l’esclavage sexuel par l’institution militaire japonaise, constitue un scandale démocratique majeur pour le Japon, et une injustice intolérable pour les victimes survivantes. Les buts de cette conférence sont multiples :
-  Poser la question de la responsabilité de l’Etat dans le système militaire japonais concernant l’esclavage sexuel, un exemple évident de la violence systématisée contre les femmes dans les conflits armés, dans la perspective du droit international et à l’aide de données historiques ;
-  Examiner les efforts déployés par les victimes et la société civile en Corée pour la résolution de ce problème, et la perception du gouvernement japonais ainsi que les réponses apportées à ce jour ;
-  Rechercher des solutions et mener des actions spécifiques en faveur des victimes ;
-  Présenter les efforts fournis par les femmes et les parlements nationaux pour mettre fin à la violence faite aux femmes partout dans le monde et restaurer la justice pour les victimes de l’esclavage sexuel militaire japonais, partager des perspectives et projets pour le règlement de cette question.

   Imprimer cet article.

A Malala, la jeune Pakistanaise qui voulait aller à l’école

Toutes nos félicitations à Malala Yousafzai, prix Nobel de la paix à l’âge de 17 ans !


(PNG)

C’est une nouvelle extraordinaire, la consécration de son courage et de sa détermination. Elle demande « un livre et un crayon pour toutes les jeunes filles pakistanaises et le droit d’aller à l’école ».

Cette jeune pakistanaise qui fut victime d’une tentative d’assassinat des talibans, est devenue le symbole de la lutte contre l’obscurantisme politico-religieux.

Espérons que toutes les jeunes filles interdites de SAVOIR au Pakistan puissent aller à l’école pour une meilleure vie sur Terre. Etrangement, son regard ressemble à celui de Sainte Thérèse dans la pureté de la passion.

Son nom Malala signifie dans la langue ourdoue "éprouvée par le Chagrin", d’après Julia Kristeva qui a remis à son père en janv. 2013 le prix de Simone de Beauvoir.

Bonne et longue route, Malala ! Nous serons toutes avec vous !

   Imprimer cet article.

Hommage à Hervé Gourdel

(PNG)

Hommage à M. Hervé Gourdel,

Atrocement exécuté à cause de sa nationalité.

Nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches

Prions ensemble pour qu’advienne la Paix,

Pour qu’apparaisse une lueur d’Espoir,

Pour voir changer la haine en Amour,

Pour pouvoir vivre ensemble sans frontières, sans stigmatisation.

   Imprimer cet article.

Avis aux intéressés

(PNG)

Exceptionnellement, nous vous faisons suivre cette information sur une projection-débat organisée le samedi 27 septembre à 11 h, au Cinéma Le Balzac, 1 rue Balzac 75008 Paris, par le Centre de Ressources Autisme d’Ile-de-France, autour du film "Avis aux intéressés", de Cédric Romain, durée 28 mn.

Le film aborde la thématique de l’avenir d’un adulte autiste après la mort du parent avec qui il vit. Un sujet difficile mais traité via une fiction parfaitement maîtrisée, remarquable de justesse et de finesse, et magnifiquement interprétée. Nous vous le conseillons vivement !

L’entrée est gratuite mais sur réservation. Voici donc le lien pour vous inscrire : projection.avisauxinteresses@gmail.com

   Imprimer cet article.

Un Evènement ‘Magnificat’

Sous la Lumière du pape François en Corée du Sud

14 – 18 Août 5 millions de catholiques ainsi que tous les Coréens, de l’intérieur comme ceux de la diaspora, sont attendus pour ces 4 jours d’une rencontre exceptionnelle. Qu’attend ce peuple qui vit une période plutôt trouble après une série d’accidents ? Un souffle de Résilience ou un nouveau départ plus sain ?

(PNG)
-  Rencontre avec les jeunes Catholiques asiatiques, à la Journée de la Jeunesse Asiatique Catholique à Daejun S’il a choisi une période de l’année si difficile sur le plan climatique, à un tel point que les Coréens s’enfuient, c’est pour rencontrer le plus de jeunes asiatiques possible. Les Forces vives, qui porteront l’ensemble de la société de demain. 6000 jeunes de tous les pays asiatiques viendront écouter le message du pape : la jeunesse, ‘le sel et la lumière’ de la société pour avancer au large des eaux profondes sans tomber dans les abimes. Ils dessineront ensemble une vision du monde plus humaine dans l’Asie contemporaine de compétition.

-  Béatification des martyrs exécutés cruellement dans les années 1884 : le bienheureux Youn Chi Jung et ses 124 compagnons. A chaque grand moment, l’Eglise n‘oublie jamais d’énoncer leurs noms et de prier les saints qui ont témoigné de leur foi pour la construction du grand édifice des millions de croyants.

-  Pour la paix et la réunification de la péninsule La grande souffrance de la séparation du pays qui dure, c’est un sujet du jour auquel le Pape réfléchit depuis qu’il a accepté cette visite. Espérons que le souffle du Saint-Esprit se soulève aussi dans l’église nord-coréenne pour accompagner les prières de cette grande démarche du Pape. Sa présence charismatique, sa bonté et sa compassion profonde apporteront un baume particulier au cœur des familles endeuillées par le naufrage de Séwolho et qui ont tant besoin d’une force spirituelle.

-  Sa visite au village des fleurs des handicapés et des personnes en fin de vie, abandonnés de la société. Partout où il est allé, le Pape François a témoigné d’une grande compassion envers ces personnes invisibles. Ce village des Fleurs est dû à un immense travail du père Oh Oung Jin qu’on doit remercier à chaque occasion pour son travail titanesque. Mais il est temps de se poser la question ’Qu’en est-il du statut de ces petites vies dans les villes où les gens n’ont guère de temps à s’attarder auprès de ces innocentes fleurs au bord de la route ?’ Aucune statistique n’existe concernant les décès de jeunes trisomiques après les mauvais traitements dans les foyers dont on parle dans les journaux de temps en temps. Pour les croyants intellectuels, ce sera une occasion de se poser les questions : ‘d’où vient l’essence du charisme du Saint Père ? Pourquoi suscite-t-il autant de rayonnement dans le monde ?’ Vous pouvez nous envoyer vos prières tout au long du mois.

Nos premières prières “Heureux seront les affamés et assoiffés de la justice, ils seront rassasiés” (Mt 5 ;6)-, Nous prions pour qu’un grand vent assainisse le climat politico-social que connait la Corée à ce jour, au delà de l’Eglise. Que le peuple trouve la force de rebondir sur les valeurs éthiques millénaires de nos ancêtres qui ont bâti et conservé la nation depuis 5000 ans. Nous prions pour un changement profond de regard vis-à-vis de nos jeunes handicapés innocents. Qu’on puisse dire un jour qu’ils ne sont pas si malheureux en Corée. Durant sa visite, nos « invisibles » prendront une place aux premiers rangs. Que le peuple apprenne à lire le sourire et la pureté de ces âmes. Que les gens comprennent que ces sourires innocents purifient l’esprit étriqué rempli d’ambitions et de recherche du succès à tout prix. Un mieux vivre d’ensemble commencerait par l’acceptation de ces êtres fragiles. Que l’esprit de St François les interroge : comment le pape François fait-il l’accolade aux pauvres mendiants de la rue ? Alors que les gens ne peuvent leur sourire en passant. Sa force de bonté en action devient un miroir et une école d’humanité contre la cruauté de l’eugénisme. Que disparaisse l’ancienne croyance asiatique de malédiction attachée au handicap, profondément ancrée dans la pensée ! Nous prions pour qu’un changement radical d’attitude commence à cette occasion.

https://www.youtube.com/watch ?v=Wjo_VtR8lEo

   Imprimer cet article.

25 juin 2013.

Soixantième anniversaire de la guerre de Corée.

A Paris, a la Place de Bataillon de l’ONU, quai de l’Hôtel de ville la cérémonie commémorative se déroule comme chaque année en l’honneur des morts à la Guerre de Corée, une occasion renouvelée de prières pour qu’arrive enfin la fin des hostilités dans ce pays.

(PNG)

Cette année, nous invitons tous les membres de Co-Win et tous les coréens de Paris à déposer jusqu’au 27 juillet, le jour de l’Armistice, une fleur en hommage au Général Curtet qui nous a quitté le 27 février dernier. Au terme d’une longue et brillante carrière militaire il était à la Guerre de Corée en 1951 et 1952 en commandant la deuxième compagnie. A son retour en France, de 1980 à 2005, il a été l’un des piliers, en compagnie de M. François de Castries, de l’association France Corée. Fervent ami et admirateur de la Corée il avait également adopte un jeune coréen. Il a tant souhaité de voir de son vivant une évolution à la frontière intercoréenne. Le général Curet avait été l’un de nos premiers amis français à féliciter de l’ouverture de la zone industrielle de Kaesong en 2004 qui était en petit format une Corée réconciliée, basée sur la recherche des points d’entente au delà des différends. Le parc de Kaesong, trop peu connu de nos amis français était une vraie réalisation de coopération du Nord et du Sud ; 53000 ouvriers de Corée du Nord y travaillaient en effet jusqu’au mois de mai dans les 123 entreprises de Corée du S ûd y apportaient le travail.

"les Coréens de Paris sont très discrets pourtant je suis fier de savoir que certains sont courageux hier comme aujourd’hui ; ils ont su prendre la position de phare pour que la Corée connaisse enfin la démocratie en politique depuis la période noire dans les années 79 – 80" R.Curtet en mai 2008 en voyant les photos de presse de manif au marée rouge de bougies de Séoul.

Sous sa carrure de l’homme de combat, derrière les débats intransigeant autour d’un petit changement des statuts de l’association, il y avait un homme au cœur tendre, ayant une famille harmonieuse dans laquelle il vivait heureux, entoure par ses 28 petits enfants et arrière petits enfants.

Il y a chaque année 3800 nouveaux décès dans les familles qui ont été séparées par le conflit. Le temps s’obstine à passer plus vite pour ceux qui attendent d’hypothétiques retrouvailles. Le monument qu’on voit sur cette photo indique la Corée en entière y compris la partie du Nord. Nous prions pour que la paix revienne enfin dans ces deux parties au bout de 60 ans de souffrance conflictuelle.

   Imprimer cet article.

L’association Personimages est heureuse de vous inviter à son spectacle Place de Séoul

samedi 8 juin 2013 à 14h précises. Crypte de l’Eglise Notre Dame du Travail, 34-36 rue Guilleminot, 75014

(JPG) (JPG)

-  Musique, animé par Gérard Hababou,
-  Conte, animé par Dominique Le Godec & Gérard Hababou
-  Théâtre & ombres, animé par Alexandra Popov & Loreleï Herrera
-  Les musiciens du CAJ de Fresnes, de l’Arche à Paris et du CITL de Boulogne,

animés par Cyril Forman

Un goûter clôturera cet après-midi festif.

   Imprimer cet article.

LA CUISINE CORÉENNE À PARIS, AU SIAL 2012

UNE INITIATIVE ORIGINALE DE CO-WINS AVEC LE SOUTIEN DE « KOREAN FOOD AND TOURISME INSTITUTE »

Afin de faire mieux connaître et apprécier les arts culinaires du pays du Matin Calme, l’association Co-Wins a décidé d’être bien présente au cœur des allées occupées par les 6500 exposants internationaux, dans le hall 4 du Parc des Expositions de Villepinte, très proche de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle.

Sous l’affiche de « Concours de Cuisine coréenne », la mission du stand est à la fois simple et complexe. Il s’agit d’exposer un maximum de produits innovants et de programmer la démonstration de ‘cooking’ de certains plats qu’il nous semblait important de faire connaître aux nombreux participants du salon. Une équipe dynamique de Co-wins s’y est attelée depuis le 19 Septembre, un délai très court pour une bonne préparation, mais avec la conviction d’y faire briller tout son savoir faire.

Sur un côté du stand, vaisselle en céladon, condiments et épices, végétaux et céréales étaient présentés dans des vitrines pour piquer la curiosité du visiteur et l’inviter à engager le dialogue. Chacun pouvait goûter à tous les mets préparés sous ses yeux, apprécier la délicatesse des saveurs ou se laisser surprendre par un plat généreusement épicé. Les flûtistes habillés en beaux costumes traditionnels attiraient les regards de tous les passants et leur mélodie emplissait les grands espaces du pavillon Asie. « Quelle bonne idée d’ajouter un air de flûtes aux stands de produits alimentaires » disaient tous les visiteurs qui se faisaient photographier aux côtés des musiciens. « La coiffe coréenne Jo Ba Wui sur la tête de flûtistes, c’est une idée originale, et ces musiciens pittoresques sont de vrais ambassadeurs de la culture coréenne ! »

Le dernier jour, dans le hall 7, bien éloigné de notre stand, le premier concours de cuisine coréenne en France a été organisé dans l’espace réservé aux événements du salon. Sous l’œil vigilant des caméras professionnelles, sont entrées en lice six équipes de deux personnes vêtues de blanc et coiffées d’une toque plissée.

Il fallait en une demi-heure préparer le Bibimpap, plat de riz recouvert de légumes et de viande. La composition réalisée par les candidats était soumise à l’appréciation d’un jury présidé par un grand chef-cuisinier d’un des hôtels Marriott de Paris.

Les membres du jury devaient, après dégustation de chacun de ces plats de Bibimpap, se prononcer sur les saveurs, les couleurs, la créativité, l’élégance de la préparation. Il fallait aussi apprécier la dextérité nécessaire à sa réalisation.

Le premier prix, un voyage à Séoul, offert par la compagnie Korean Air a été décerné à l’unanimité à l’équipe numéro 6 - une jeune fille coréenne et une jeune fille Française. Deux autres équipes ont reçu un cuiseur automatique à riz, des livres de Recettes de Cuisine Coréenne. Co-wins a su donner aux visiteurs du Salon une nouvelle occasion ludique et intéressante de se retrouver autour des valeurs culinaires d’origine coréenne, qui deviennent universelles.

(JPG)

Mais il fallait braver les difficultés du transport car les grèves.et les incidents sur cette ligne RER B, sont hélas très fréquents. Beaucoup ont eu le courage d’en rire après quelques plaintes en toutes langues. Nous devions rester serrés debout dans les wagons 2 h durant immobiles. Pourtant nous n’avons gardé que des images positives qui resteront gravées dans la mémoire de nos équipes qui ont donné le meilleur d’elles-mêmes et se promettent un deuxième concours qui pourrait « planter » l’idée novatrice d’un Cooking co-wins !

   Réagir à cet article. | Imprimer cet article.


Korean Air (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF) (GIF)